Un Tour de Romandie peu ouvert ? Richard Chassot et Sébastien Reichenbach ne sont pas d’accord

Tour de Romandie, étape 4 Aigle-Zinal ©Keystone-ats
Cyclisme
Hugo Da Custodia
Journaliste RP

Épreuve majeure du calendrier World Tour, la 75ème boucle romande a connu son dénouement dimanche à Villars. À cette occasion, les organisateurs ont dressé un bilan positif tout en dévoilant quelques étapes du parcours de l’an prochain.

Le Valais sera de nouveau à l’honneur sur le Tour de Romandie en 2023. C’est une tradition. À peine une édition est terminée que les contours de la prochaine sont déjà dévoilés. On ne connait pas encore l’ordre des étapes, ni la difficulté des parcours mais on sait déjà que le peloton passera par Genève, la Chaux-de-Fonds ou encore Châtel-Saint-Denis. Et donc par le Valais. Au Bouveret, à Sion ou encore à Thyon. Selon Richard Chassot, le boss du Tour de Romandie, les alpes valaisannes sont incontournables mais ce n’est pas sur ce terrain que la course 2023 devrait se jouer.

«On a une volonté de développer l’axe Sion-Thyon», Richard Chassot

Formule à revoir ?

S’il souhaite toujours traverser une grande partie de la Suisse romande, Richard Chassot veut aussi une course aussi ouverte que possible. Du spectacle, voilà ce que le boss du Tour de Romandie aimerait proposer aux coureurs et surtout au public. Et ça ne marche pas toujours. Du moins pas selon Sébastien Reichenbach. 15ème du général cette année, le Valaisan de la Groupama-FDJ livre une analyse très personnelle.

«Les organisateurs doivent revoir la formule pour avoir une course avec plus de mouvement», Sébastien Reichenbach

Un Tour de Romandie trop fermé ou pas assez spectaculaire chacun se fera son propre avis. Dans notre émission Zone Mixte dimanche, Alex Moos, ancien professionnel, se disait relativement déçu du manque d’attaques au sein du peloton lors de l’étape reine samedi à Zinal. Dans le même ordre d’idée, voici ce qu’a répondu Richard Chassot à la remarque de Sébastien Reichenbach.

«Les organisateurs proposent et les coureurs disposent», Richard Chassot

L’étape reine qui accouche d’une souris, à qui la faute ? Le débat n’est pas tranché. Ce qui est certain c’est que le Tour de Romandie reviendra en Valais l’an prochain. Et même cette année encore dans sa nouvelle version féminine, prévue du 7 au 9 octobre.

Un Tour, deux réalités
Deux coureurs Valaisans ont participé au Tour de Romandie cette année : Sébastien Reichenbach et Antoine Debons. Le premier affiche une excellente forme, le deuxième poursuit son apprentissage du haut niveau.
Le bilan des Valaisans sur le Tour de Romandie 2022
HDC