Noël orthodoxe: dans les stations, la clientèle russe comble difficilement le creux de janvier

Noël orthodoxe
Tourisme
Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

Les Chrétiens orthodoxes fêtent Noël et Nouvel An en janvier. L'arrivée des Russes en début d'année permettait aux stations de combler le creux de janvier. En baisse depuis 2015, leur nombre a encore diminué avec la pandémie. Mais Crans-Montana note une légère hausse des nuitées cette saison.

Les Orthodoxes fêtent Noël la nuit du 6 au 7 janvier, puis Nouvel An le 14 janvier : des dates que retiennent Zermatt ou Crans-Montana, deux destinations prisées des Russes dans notre canton en début d'année. S'ils sont moins nombreux que dans le passé, la plupart sont arrivés en fin de semaine dernière et resteront un peu plus tard que les Européens.

Forte baisse depuis 2015

Si cette clientèle de l’Est ne représente qu’une faible part de marché, elle a un très fort pouvoir d’achat. Les Russes logent généralement dans des hôtels 4 ou 5 étoiles et apprécient d’avoir des boutiques de luxe à proximité. Pour les stations valaisannes, c'est une aubaine: cette clientèle fortunée rend moins rude le fameux creux de janvier. Mais est-ce toujours le cas en 2022 ? «La situation est assez différente du passé pour deux raisons», explique Mathias Fleischmann, responsable des marchés pour Valais Wallis Promotion.
«Déjà en 2015, avec le changement du taux de change pour le franc suisse, il y a eu une grande chute des nuitées. Nous sommes passés de 70'000 / 80'000 nuitées par année en 2013-2014, à seulement 40'000 nuitées pour 2015-2016. Ce n'est jamais remonté par la suite.» Et ce chiffre a encore baissé en raison de la pandémie: 25'000 nuitées pour la clientèle russe en 2019. Un chiffre qui est resté identique en 2020.

«En 2020, nous avons décidé de ne plus travailler sur le marché russe.»Mathias Fleischmann, responsable des marchés pour Valais Wallis Promotion

Cette baisse de fréquentation de la clientèle russe a conduit Valais Wallis Promotion à abandonner ce marché depuis 2020. «En tant que région, nous sommes toujours présents via Suisse Tourisme, mais il n'y a plus un travail actif de notre part sur la Russie», confirme Mathias Fleischmann. «J'ajouterais que depuis 2018, c'est devenu compliqué au niveau politique: le gouvernement russe a incité ses citoyens à rester dans le pays pour les vacances. Ce climat politique n'a pas soutenu l'évolution positive du tourisme depuis la Russie.»

A Crans-Montana on y croit

Certaines stations sont pourtant toujours actives auprès de la clientèle russe. C’est le cas de Zermatt, où les Russes se retrouvent traditionnellement au Mont Cervin Palace, selon Zermatt Tourisme. Mais aussi de Crans-Montana. Pierre-Henri Mainetti est responsable des ventes à Crans-Montana Tourisme. Il note déjà un changement pour la saison en cours. «La saison dernière, les chiffres s'étaient effondrés, surtout parce que le vaccin Sputnik n'était pas accepté en Suisse, et les clients de l'Est n'avaient pas vraiment eu le temps de s'organiser. Cette année, on voit déjà une très nette différence. Les gens qui avaient l'intention de voyager ont pris la peine de se faire vacciner avec les autres vaccins disponibles sur le marché, Pfizer ou Moderna
Les chiffres sont donc en hausse à Crans-Montana. «On voit déjà qu'il y a une augmentation de 38% des nuitées pour la Russie par rapport à l'année dernière», se réjouit Pierre-Henri Mainetti.

«Nous avons déjà noté une augmentation de fréquentation des Russes pour cette saison.» Pierre-Henri Mainetti, responsable des ventes à Crans-Montana Tourisme

Même affecté par la pandémie, le marché russe reste un marché très volatile, d’après Valais Wallis Promotion. Au moindre changement politique ou économique, les clients de l’Est peuvent revenir en force.

NT

Podcasts liés:

Les Russes vont-ils sauver le creux de janvier en Valais?
Catégories
Les articles les plus lus