Finales cross: «Depuis quatre ans, Veysonnaz a développé un réel savoir-faire»

Vincent Luyet ©Rhône FM
Finales cross
Justin Grept
Responsable des sports

Veysonnaz accueille les finales de coupe du monde de skicross et de snowboardcross ce week-end. La station, qui organise l’évènement pour la quatrième fois, vante un savoir-faire qui s’est affiné au fil des ans. Et rêve de ski alpin.

Pour la quatrième année consécutive, les finales des coupes du monde de cross se déroulent ce week-end à Veysonnaz. Samedi, le skicross sera à l’honneur; alors que le snowboardcross lui succèdera dimanche. Si les globes sont déjà joués chez les dames, tout est encore ouvert chez les hommes. Avec de grands noms présents dans les alpes valaisannes ce week-end. 

De grosses têtes d’affiche

L’intérêt sportif sera donc important sur la piste de l’Ours, comme le souligne Vincent Luyet, membre du comité d’organisation de la manifestation. «On sort d’une année olympique, les champions et les médaillés des JO seront présents. En skicross, le Suisse Ryan Regez sera là. Le champion olympique se battra pour décrocher ici à Veysonnaz son premier globe de cristal. Il y aura aussi d’autres têtes d’affiche, comme Sandra Näslund, Fanny Smith, Alex Fiva, le Suisse vice-champion olympique en skicross ; et en snowboardcross, Chalrotte Bankes, déjà assuré du globe chez les femmes, et la lutte entre Alessandro Haemmerle et Martin Noerl qui vont se battre jusqu’à la fin pour remporter le titre suprême.»

11'000 personnes attendues

Sur le plan organisationnel, après deux ans compliqués, cette édition 2022 est la première ouverte au public. Des fanzones ont d’ailleurs été mis en place et 6 à 7'000 spectateurs sont attendues demain, 5 à 6'000 dimanche. Un retour à la normale, ou presque, après être sorti de l’«épisode COVID». «On en sort gentiment. On peut à nouveau accueillir du public sans restriction», se réjouit Vincent Luyet. «Ce qu’on doit absolument garantir, c’est la bulle sanitaire pour les athlètes et les officiels, qui font le tour de l’Europe et des stations pour les compétitions. Les mesures encore en vigueur aujourd’hui leur sont destinées.» 

«En ski alpin, Les formats de compétition évoluent. Ce sera à nous de nous positionner et d’être innovants.» Vincent Luyet, membre du comité d’organisation des finales cross de Veysonnaz

La station de Veysonnaz a signé un partenariat de cinq ans pour l’organisation des finales de coupe du monde de cross avec la FIS. Vincent Luyet précise donc que l’an prochain, le circuit reviendra donc en Valais pour terminer la saison. La destination a également annoncé ce vendredi qu’elle organisera les championnats du monde juniors de ces disciplines dans deux semaines. Mais la station a également des ambitions dans d’autres disciplines, notamment en ski alpin. Et elle ne s’en cache pas. «Ça reste des envies, ça reste des objectifs. Aujourd’hui on travaille avec le snowboardcross depuis plus de 10 ans, le skicross depuis quatre ans. Il y a aussi le désir d’être inscrit durablement dans le calendrier de la coupe du monde, et pas seulement s’arrêter après cinq éditions de finales.»

Pour le ski alpin, dès la saison prochaine, en plus de Crans-Montana, Zermatt intégrera le circuit. Avec Lenzerheide, Wengen, St-Moritz et Adelboden, il y aura donc six étapes suisses. Y’a-t-il encore possibilité pour Veysonnaz de se profiler ? Vincent Luyet veut y croire: «Je pense qu’il y a toujours de la place. Les formats de compétition évoluent et chaque destination a des choses à proposer. Ce sera à nous de nous positionner et d’être innovants. En ski alpin, mais aussi en skicross et en snowboardcross.» 

«Les compétitions de Veysonnaz sont diffusées en direct dans 10 à 12 pays», assure Vincent Luyet
JG
Thèmes liés à l'article
skicrossSnowboardcrossVeysonnaz
Catégories
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
L'EnferSTROMAE