Du Haut-Valais jusqu'au Chablais, la pollution de la plaine du Rhône est partout

Cadastre des sites pollués en Valais, mars 2022 ©Etat du Valais
Environnement
Thomas Schurch
Journaliste RP

C'est un problème de santé publique majeur : du Haut-Valais jusqu'au Chablais, le nombre de sites pollués se compte par dizaines. "L'assainissement sera la chantier du siècle en Valais", nous dit-on. État des lieux avec le Service de l'environnement.

Nappe phréatique touchée, animaux contaminés… Les annonces concernant les sites pollués en Valais se multiplient depuis quelques semaines.  Ainsi :

- 21 février 2022 : les autorités cantonales nous apprennent que de la benzidine a été découverte dans un puits des bains thermaux de Brigerbad, non loin de Viège. Toutes les eaux souterraines de la région sont sous surveillance. (cf. article Les eaux souterraines entre Gamsen et Brigerbad sous haute surveillance)

- Quelques jours plus tard, le 25 février : Rhône FM vous révèle qu'à Martigny, des sites contaminés se situant à proximité immédiate du Rhône devront être évités lors des travaux d'élargissement du fleuve. (cf. article La correction du Rhône prend forme à Martigny).

- Enfin, ce même jour, le 25 février 2022 : les autorités cantonales interdisent la pêche dans un lac de Collombey. Il s'agit de l’étang des Chauderets, en aval de l’ancienne raffinerie. Les poissons sont contaminés, des substances polluantes sont découvertes. L'eau ne doit plus être utilisée pour irriguer les champs. (cf. article Pêche interdite ! A Collombey près de la raffinerie, les poissons d'un lac sont contaminés ).

Au Grand Conseil valaisan, le sujet est largement abordé lors de la session de mars 2022. Interpellé, le conseiller d'Etat en charge de l'environnement Franz Ruppen prend la parole pour rappeler les mesures prises par les autorités cantonales.

"Effectivement, cette carte peut paraitre impressionnante" Christine Genolet-Leubin, Cheffe du Service de l'environnement

A l'Etat du Valais, on assure être transparent. En témoigne cette carte disponible sur le site du canton. Il s'agit du CADASTRE DES SITES POLLUES. Les points indiquent les zones touchées... Et ils sont très nombreux, ils se comptent par dizaines, voire centaines.

La plaine du Rhône est-elle entièrement touchée ? Christine Genolet-Leubin, cheffe du Service de l'environnement répond sur Rhône FM : "Effectivement, cette carte peut paraitre impressionnante. Mais on ne peut pas dire que toute la plaine du Rhône est polluée. En revanche oui, on peut dire que là où il y a une activité humaine, des polluants peuvent se retrouver sans les sols."

"Dans les zones où il y a une activité humaine, il y a potentiellement des polluants dans les sols" Christine Genolet-Leubin, cheffe du Service de l'environnement

La cheffe de Service apporte une nuance. "Il faut faire une distinction entre un site pollué et un site contaminé. Lorsque l'on parle d'un site pollué, cela signifie qu'il ne nécessite pas de mesure spécifique. Au moment d'un projet de construction sur place par exemple, il faudra faire attention à l'élimination des matériaux présents... En revanche, dès lors que l'on parle d'un site contaminé, cela veut dire qu'il y a un impact direct sur l'environnement."

A l'heure actuelle, le Valais compte officiellement 148 sites contaminés (dont environ 90 sont des stands de tir) qui nécessitent un assainissement. Sur ces 148 zones, 22 sont en cours d'assainissement. A terme, sera-t-il possible de "nettoyer" entièrement la plaine du Rhône ? L'intégralité de notre entretien avec Christine Genolet-Leubin, à écouter ci-dessous :

La cheffe du Service de l'environnement répond à nos questions
"L'assainissement, le chantier du siècle en Valais"
"Cet héritage industriel du passé", comme le député Vert valaisan Emmanuel Revaz, "Il faut vivre avec, il faut être réaliste et agir". Emmanuel Revaz parle du passé, mais également de l'avenir : "Durant le XXe siècle, nous avons pollué le sol et les eaux... Aujourd'hui, nous bétonnons". Nous vous proposons d'écouter l'interview complète d'Emmanuel Revaz, par ailleurs président de la Commission de l'agriculture, du tourisme et de l'environnement (ATE).
Emmanuel Revaz : "Il nous faut des objectifs ambitieux !"
TS