Zermatten: «Est-ce suffisant de promouvoir uniquement les joueurs valaisans ? La réponse est non.»

Christian Zermatten ©Rhône FM
Football

Christian Zermatten n'est plus l'entraîneur des M21 du FC Sion. Le technicien de 55 ans tire le bilan de son passage au sein de la formation du club valaisan.

En football, mal embarqués dans le championnat de première ligue promotion, les M21 du FC Sion changent d’entraineur. Ugo Raczynski remplace avec effet immédiat Christian Zermatten. Ce dernier, nommé l’hiver dernier seulement, n’aura dirigé la réserve du club valaisans qu’à trois reprises, pour autant de défaites. Les M21 sont actuellement 16e et dernier du classement, à dix points de la barre. La situation est urgente et Christian Zermatten reconnait qu’un électrochoc était nécessaire pour tenter d’éviter la relégation. 

«Maintien encore réalisable»

Un objectif encore réalisable selon lui. «Je souhaite qu’Ugo, assisté par Serey Dié, réussisse à faire passer un message. Il serait faux de dire que les jeunes ne veulent pas tout donner. La question est de savoir si la qualité de nos joueurs est suffisante. Au vu du classement, on peut estimer que non. Donc soit les gars se dépassent, soit on doit tirer la conclusion qu’on est moins fort qu’à Servette, Zurich ou Berne. Et cela s’explique aussi par le fait que le bassin de population, le réservoir à disposition pour dénicher des talents, est moins grand.»

«Aujourd'hui, il est impossible d'être compétitif uniquement avec des joueurs valaisans.» Christian Zermatten

Au total, le technicien de 55 ans aura passé 14 ans au FC Sion, dont les six derniers. Outre ses piges comme pompier de service sur le banc de l’équipe première, Christian Zermatten aura également occupé le poste de responsable de la formation. Avec un bilan qu’il juge lui-même mitigé. «Quand je suis arrivé, ma ligne était simple: je voulais valoriser les joueurs valaisans et ne pas aller recruter à l’extérieur. A un moment donné, on avait 97% de joueurs issus du canton dans les différentes classes âges. Mais on voit que lorsque ces joueurs arrivent en fin de formation en M21, les résultats ne suivent pas. Donc, est-ce suffisant de promouvoir uniquement les joueurs valaisans ? La réponse est non. Aujourd’hui, ce n’est pas possible. Je le redis, le réservoir est trop petit.»

Formation trop peu représentée en 1e équipe

Un constat rude, qui laisse un gout d’inachevé à Christian Zermatten au moment de tirer le rideau. «J’aurais voulu que cinq ou six joueurs brillent en première équipe. Cette année, on a fait monter Théo Berdayes, Baltazar marque l’unique du match contre Lausanne. On a des jeunes formés ici. Mais encore une fois, une bonne formation est un club où il y a quatre, cinq, six joueurs issus de celle-ci en équipe première.»

En fin de contrat en juin, Christian Zermatten est désormais libre de s’engager où il le souhaite. Il dit avoir quelques timides contacts, notamment à l’étranger. Mais veut se laisser le temps de choisir un projet qui le séduit. Quant aux M21, ils jouent leur prochain match samedi face à Chiasso. Avec Ugo Raczynski sur le banc.

En 14 ans au FC Sion, «Zermi» a collectionné les souvenirs
 
Cunha, Kabashi, Kutlu, Maceiras, les réussites qui ont marqué Christian Zermatten
«Le pire des moments fut la finale de coupe de Suisse en 2009»
JG

Podcasts liés:

En football, changement d'entraineur avec effet immédiat chez les M21 du FC Sion.
Thèmes liés à l'article
FC SionFootball
Catégories
Dossier FC Sion