Suisses pour une collaboration avec l'OTAN mais contre une adhésion

Les Suisses seraient d'accord de se rapprocher davantage de l'OTAN, mais pas d'y adhérer, selon un sondage (archives). ©KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les Suisses sont favorables à une plus grande coopération avec l'OTAN, selon un sondage. Par contre, ils ne veulent pas adhérer à l'organisation militaire.

Une majorité (56%) est favorable à "une collaboration plus étroite" avec l'OTAN, selon un sondage représentatif publié par le SonntagsBlick. Il a été réalisé par l'institut Sotomo en collaboration avec le groupe Blick auprès de 20'000 personnes du 12 au 14 avril. Mais seuls 33% se prononcent en faveur d'une adhésion à l'OTAN.

Pas moins de 47% des sondés estiment que la neutralité suisse n'a pas été violée par la reprise des sanctions de l'UE par la Suisse. Un avis également "plutôt" partagé par 11 autres pourcents des sondés.

61% d'entre eux ont en outre trouvé que la Suisse pourrait davantage aider l'Ukraine. Deux tiers (66%) sont contre des livraisons d'armes, mais 62% sont tout de même pour l'envoi de casques et de gilets de protection. Et 64% seraient d'accord que la Suisse suive un éventuel embargo à venir des importations de gaz et de pétrole russes de l'UE.

Aucune chance

Le sondage montre en outre que l'initiative contre l'achat des F-35 n'aurait aujourd'hui aucune chance. Seuls 30% des sondés voteraient pour, 64% contre. L'initiative ne récolte même pas de majorité auprès des partisans du PS: 47% voteraient pour, la même proportion contre.

54% des sondés sont même favorables à un achat rapide, sans attendre l'issue de la votation sur l'initiative. 55% approuvent une hausse du budget de l'armée.

Les Suisses seraient en outre favorables à un plus grand engagement de la Confédération à l'ONU. 59% des personnes interrogées se sont déclarées favorables à la candidature de la Suisse en vue de siéger durant deux ans dans le Conseil de sécurité.

ATS
Les articles les plus lus