Le potentiel d'un variant "plus mortel" est "très réel" selon l'OMS

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus devrait être reconduit en mai prochain à Genève (archives). ©Keystone/MARTIAL TREZZINI
Coronavirus
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Plus de 80 millions de cas de coronavirus ont été relayés en neuf semaines, depuis l'arrivée du variant Omicron, à l'OMS. Le potentiel d'un nouveau variant "plus contagieux" et "plus mortel" est "très réel", a dit lundi son patron à Genève.

Au début d'une réunion de plusieurs jours du conseil exécutif de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus a répété que les conditions sont réunies pour de nouveaux variants. "Il est dangereux d'estimer qu'Omicron sera le dernier variant", a aussi dit le directeur général.

La semaine dernière, 100 cas ont été identifiés toutes les trois secondes et une personne a succombé toutes les 12 secondes. M.Tedros a encore affirmé qu'il est possible de mettre un terme à l'urgence internationale de santé publique cette année, à condition d'avoir une attitude adaptée.

Plus de 85 Etats n'ont toujours pas atteint l'objectif, établi pour la fin de l'année dernière, de vacciner au moins 40% de leur population. Cette part est inférieure à 10% dans plus d'une trentaine d'entre eux. Et moins d'un Africain sur six a reçu une dose.

Parmi les effets de la pandémie, l'objectif de la couverture santé d'un milliard de personnes supplémentaires ne devrait pas être atteint. Il pourrait n'être honoré que pour 160 millions patients.

Probable nouveau mandat

Mardi, le conseil exécutif, constitué de 34 pays, doit entendre M.Tedros, 56 ans et seul candidat à sa réélection à la tête de l'organisation. Sauf surprise, il le recommandera à l'ensemble des Etats membres pour valider officiellement un second mandat de cinq ans de l'Ethiopien lors de l'Assemblée mondiale de la santé en mai prochain.

Porté par l'Afrique au moment de son élection, le directeur général est désormais moins populaire auprès des autorités de son pays. Ses appels à la Chine, très influente sur les pays africains, à partager ses données sur le début de la pandémie et ceux au gouvernement de son pays à mettre un terme au conflit au Tigré lui ont valu des inimitiés.

En revanche, les Etats-Unis, opposants à M.Tedros sous Donald Trump, soutiennent désormais la reconduction de l'Ethiopien. La candidature de celui-ci à un second mandat, qui démarrera en août prochain, a été présentée par un certain nombre de pays européens.

M.Tedros aura été confronté à la réponse internationale face à la pire pandémie depuis un siècle. Après un scandale de violences sexuelles mettant en cause des collaborateurs de l'OMS en République démocratique du Congo (RDC), il a aussi lancé un nouveau dispositif pour tenter d'éviter d'autres abus de membres de l'organisation.

ATS
album_image
En ce moment
HAPPYWE ARE AVA