La BNS est moins intervenue pour défendre le franc en 2021

La Banque nationale suisse (BNS) a poursuivi l'année dernière ses efforts pour contrer l'appréciation du franc par rapport aux autres monnaies, mais en intervenant nettement moins qu'en 2020. (archives) ©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER
Politique mon..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Banque nationale suisse (BNS) a poursuivi l'année dernière ses efforts pour contrer l'appréciation du franc par rapport aux autres monnaies, mais en intervenant nettement moins qu'en 2020.

En 2021, l'institut d'émission helvétique a acquis des devises étrangères pour un total de 21,1 milliards de francs "afin de contrer les pressions à la hausse sur le franc et de contribuer ainsi au maintien de conditions monétaires appropriées", a-t-il indiqué mardi dans son rapport de gestion annuel.

C'est nettement moins que les 110 milliards dépensés en 2020, année où la pandémie de coronavirus avait frappé de plein fouet l'économie mondiale. La devise helvétique joue traditionnellement une fonction de valeur refuge et a été plébiscitée à ce titre pendant la pandémie de coronavirus.

Un franc trop cher par rapport aux principales monnaies d'échanges commerciaux, principalement l'euro et le dollar, nuit aux exportateurs suisses dont les prix augmentent avec l'appréciation de la devise helvétique.

Sous la parité

L'année dernière, la devise nationale s'était relâchée jusqu'à 1,11 franc pour un euro début mars, mais s'est depuis continuellement appréciée face à la monnaie unique européenne. Avec l'éclatement de la guerre en Ukraine, la paire de devises est passée sous la parité avec l'euro début mars avant de se relâcher quelque peu.

Les interventions sur le marché des devises ont continué à peser sur le bilan de la BNS, qui a atteint 1057 milliards de francs fin 2021, contre 999 milliards un an plus tôt. "Les gains de cours, les revenus des placements et les achats de devises sont les principales causes de cette augmentation", a expliqué la banque centrale helvétique.

Mais selon cette dernière, "l'expansion du bilan ces dernières années a provoqué une accentuation des risques de pertes en termes absolus". La BNS dispose cependant "d'un bilan solide et de fonds propres suffisants pour pouvoir absorber des pertes éventuelles même importantes", a-t-elle ajouté.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus