Des rats de laboratoire pourront être adoptés par des particuliers

Très doués pour apprendre de nouvelles tâches, les rats sont majoritairement utilisés dans des expériences comportementales (image d'illustration). ©KEYSTONE/WALTER BIERI
EPFL
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Des particuliers pourront adopter des rats de laboratoire dont l'EPFL n'a plus usage. La haute école a signé un contrat en ce sens avec la Protection suisse des animaux (PSA).

"Selon les termes du contrat, l'EPFL fait don à la PSA de rats issus de l'élevage ou de la recherche en laboratoire dont elle n'a plus besoin et prend également en charge une partie de leur entretien pendant une phase initiale de 30 jours", a indiqué l'institution lundi dans un communiqué. De son côté, la PSA veille à l'acclimatation des animaux et s'engage à leur trouver un gardien à long terme.

Dans un premier temps, le don de rats ne devrait pas dépasser quelques individus par mois, estime l'EPFL. Les chiffres pourraient cependant augmenter si le programme de placement fonctionne bien.

Très doués pour apprendre de nouvelles tâches, les rats sont majoritairement utilisés dans des expériences comportementales. En 2020, ils représentaient 9,5% des animaux en expérience en Suisse, derrière les souris et les oiseaux. L'EPFL compte actuellement quelque 350 rats dans les zones d'hébergement de l'animalerie.

Souris et poissons-zèbres

Un même programme, fruit d'un partenariat entre la PSA et l'Université de Zurich, a été lancé en 2018 en Suisse alémanique. Il a permis à quelque 300 rats "qui n'ont pas été génétiquement modifiés et/ou utilisés dans des expériences causant des contraintes moyennes à sévères" de trouver de nouveaux propriétaires.

Suivant le succès du programme romand, celui-ci pourrait également être étendu à d'autres animaux, comme les souris ou les poissons-zèbres, à condition qu'il ne s'agisse pas d'animaux génétiquement modifiés, précise l'EPFL.

ATS