A 22 ans, Robin Briguet participera à ses deuxièmes Jeux Olympiques

Robin Briguet ©instagram Robin Briguet
Ski freestyle
Justin Grept
Responsable des sports

Gravement blessé le mois dernier, Robin Briguet fait tout de même partie de la sélection suisse pour les JO de Pékin. De retour sur les skis depuis une semaine, il se lance dans un crucial contre-la-montre.

Robin Briguet fait bel et bien partie de la sélection suisse pour les Jeux Olympiques de Pékin ! Blessé le mois dernier, le skieur freestyle a finalement réussi son pari. Le spécialiste de halfpipe s’est déchiré les ligaments croisés antérieurs du genou droit le 11 décembre, lors des qualifications d’une manche coupe du monde à Copper Mountain, aux USA. Sa sélection olympique, six semaines plus tard, relève presque du miracle. Sans compter qu’à 22 ans, Robin Briguet disputera – déjà – ses deuxièmes JO. 

«Depuis quatre ans, participer aux JO de Pékin était devenu mon objectif.» Robin Briguet 

Une performance impensable pour le Lensard, lorsqu’il a débuté dans ce sport. «Non, franchement non. C’est quand j’ai commencé à participer aux coupes du monde et à faire de gros résultats sur les grands événements que je me suis que ça pouvait me permettre d’aller à Pyeongchang en 2018. Dès ce moment, les JO de Pékin étaient devenus mon objectif. J’ai tout donné et c’est grâce à cette motivation et à ma persévérance que j’en suis arrivé là.»

Départ le 9 février

De retour sur les skis – avec une attelle – depuis une semaine, Robin Briguet se lance dans un réel contre-la-montre pour être physiquement prêt à Pékin. «C’est exactement ça. J’aimerais aller là-bas en montrant mon meilleur ski. Notre départ est prévu le 9 février et il ne me reste pas beaucoup de temps pour retrouver le niveau que je souhaite avoir.»

«Je n’ai pas encore pu me tester dans le halfpipe. Mais je dirais que je suis à 50% de ce que je peux faire.» Robin Briguet

Justement, quel est le niveau actuel du Valaisan? «C’est difficile à dire car le halfpipe de Crans-Montana n’est pas encore ouvert (ndlr: il ouvre ce mercredi). Je n’ai donc pas encore pu me tester. Mais je dirais que je suis à 50% de ce que je peux faire. J’aimerais vraiment pouvoir ressayer mes figures dans le halfpipe, si mon genou me le permet. Si les douleurs sont trop fortes et que je ne m’estime pas prêt, Swiss Olympic m’a dit que je pouvais renoncer à faire le voyage pour Pékin.»

Le même run qu’aux Mondiaux 

Dans ce contexte d’incertitude, celui qui a terminé 25e aux JO 2018 de Pyeongchang peine à se fixer un objectif pour Pékin, si ce n’est celui de faire le maximum. «J’aimerais de toute façon montrer le meilleur de moi-même, ce qui veut dire parvenir à réaliser le run que j’avais produit aux Mondiaux l’an dernier. C’est vrai qu’avec la blessure que j’ai eu, c’est un grand challenge. Mais j’espère avoir suffisamment confiance en moi pour envoyer tout ce que j’ai envie.»

Si tout se déroule comme prévu, Robin Briguet disputera les qualifications du ski halfpipe le 17 février. La finale se tiendra deux jours plus tard, le 19 février.

JG
Thèmes liés à l'article
Jeux OlympiquesJO 2022Robin Briguet
Catégories
Les articles les plus lus