Sion: une épicerie solidaire pour soutenir les personnes dans la précarité

Sion: l'épicerie solidaire de l'OSEO "Obonmarché" était présentée ce vendredi à la presse. © Rhône FM
Sion
Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

Une épicerie pas comme les autres a vu le jour à Sion. Réservée aux personnes à revenu modeste, elle leur permet de faire leurs courses et de se former dans le commerce de détail. Le canton a investi plus de 400'000 francs dans ce projet unique en Valais.

Obonmarché, c’est son nom, est un magasin unique en Valais. Il fonctionne comme une épicerie traditionnelle, mais avec des prix jusqu’à 70% inférieurs à ceux du marché.

Réservée aux personnes à revenu modeste, elle leur permet de faire leurs courses, mais aussi de se former dans le commerce de détail. L’OSEO Valais a développé ce projet en partenariat avec le canton. «C'était un projet très séduisant et qui nous semblait manquer en Valais», Mathias Reynard, conseiller d'Etat en charge des affaires sociales.

«On n'a pas d'épicerie solidaire de ce type en Valais», Mathias Reynard

Redonner dignité et autonomie

En Valais, 26% des ménages vivent avec un risque de pauvreté, et la crise sanitaire a encore augmenté cette fragilité. Située en dehors de la ville de Sion, l’épicerie propose des produits sains et de qualité à une population vulnérable, qui n’y a souvent pas accès. Entre Martigny et Sierre, 12'000 de personnes sont potentiellement concernées par ce magasin, qui propose des tarifs différenciés. «La gamme de prix avec des tarifs ultra préférentiels s'adresse aux personnes en situation de précarité. Les membres et les collaborateurs de l'OSEO Valais, ainsi que les personnes au chômage paient le prix du marché. Enfin, les clients du magasin utiliseront une carte qui ne permet pas de déterminer si la personne est au bénéfice ou non de l’aide sociale», explique Guillaume Sonnati, responsable du secteur adulte de l’OSEO Valais.
Ce concept favorise le vivre ensemble et les échanges entre les différents publics. «Ces personnes dans la précarité ne peuvent souvent plus faire aucun choix. Le fait de pouvoir décider quel produit elles veulent acheter est fondamental en terme de dignité et d'autonomie», ajoute encore Guillaume Sonnati.

«Nous avons deux gammes de prix en fonction du public concerné», Guillaume Sonnati

Le canton a investi plus de 400'000 francs dans cette épicerie solidaire, qui devrait fonctionner de manière autonome dès 2024. Ouverte depuis le 15 décembre, les premiers retours semblent déjà très encourageants.

NT

Podcasts liés:

Le journal du soir - Une nouvelle épicerie pas comme les autres lancée par l'OSEO Valais à Sion
Thèmes liés à l'article
OSEOCanton du ValaisPrécarité
Catégories