Si Théo Gmür gagne deux médailles aux Jeux paralympiques, il s'inscrit au Grand Raid

Théo Gmür ©Keystone-ATS
Paralympics
Justin Grept
Responsable des sports

Les Jeux paralympiques de Pékin débutent en fin de semaine. Le skieur de Nendaz Théo Gmür y défendra ses trois titres glanés en 2018 à Pyeongchang. Paris ont été pris.

Un peu plus de dix jours après la cérémonie de clôture de Jeux Olympiques de Pékin, les Jeux Paralympiques s’apprêtent à débuter dans la capitale chinoise. Les festivités commenceront officiellement vendredi. Parmi les Valaisans engagés : le Nendard Théo Gmür. Le skieur de 25 ans s’alignera sur trois disciplines, à savoir la descente, le Super G et le géant. Sa participation au combiné reste en suspens.

Une pression légitime

Trois compétitions, et trois titres à défendre ! Théo Gmür avait en effet réalisé un magnifique triplé il y a quatre ans à Pyeongchang. Une performance XXL qui met de la pression sur les épaules de l’athlète valaisan. «C’est vrai que je suis attendu au tournant. Avec trois titres à défendre, on peut se permettre d’avoir cette pression. Mais après, on peut voir les choses de deux manières différentes. D’une part, je n’ai rien à prouver;  si je l’ai déjà fait, c’est que je suis capable de le refaire. De l’autre, il faut que toutes les planètes soient alignées le jour J. Je vais partir là-bas avec l’envie de faire aussi bien que lors des JO de Pyeongchang en 2018.»  

«Le chemin est parfois plus important que la finalité de la médaille autour du cou.» Théo Gmür

Théo Gmür concourra en Chine aussi avec d’avantage d’expérience. Depuis son séjour idyllique en Corée du Sud en 2018, il a connu des hauts mais aussi des bas, avec des blessures et des périodes de doute. Aujourd’hui, au moment de se présenter à nouveau dans un portillon olympique, Théo Gmür n’est plus le même qu’il y a quatre ans. «J’ai surtout appris une chose : la patience. J’ai eu des blessures, il a fallu revenir. Ça prend plus de temps qu’espéré, mais il faut continuer à travailler dur. Le chemin est parfois plus important que la finalité de la médaille autour du cou.» 

Une blessure malvenue

Cette saison, Théo Gmür a conquis deux médailles de bronze aux Mondiaux, en Super G et en géant. Il a aussi connu un coup d’arrêt en décembre qui l’a passablement affecté. «Cette blessure au genou contractée avant les fêtes de Noël m’a mis un peu down. Je pars avec moins d’insouciance qu’il y a quatre ans. Mais tout ce que j’ai vécu durant ce laps de temps m’a permis de grandir.» 

«Dans ma tête, mes objectifs sont très clairs. Mais je les garde pour moi jusqu’aux Jeux.» Théo Gmür 

Il l’a dit, Théo Gmür part avec moins d’insouciance qu’il y a quatre ans, mais avec de réelles ambitions. Même s’il refuse d’en parler ouvertement. «Je vais garder cela pour moi jusqu’aux Jeux, et on verra bien ce qu’il se passe. Mais dans un coin de ma tête, mes objectifs sont très clairs. Est-ce que j’ai passé des paris ? Oui, avec des amis valaisans, j’ai promis que si je faisais deux médailles, qu’importe la couleur, je m’inscrivais au Grand Raid l’été prochain.» C’est tout le mal qu’on souhaite à Théo Gmür, qui lancera ses Jeux Paralympiques samedi.

JG
Thèmes liés à l'article
Jeux paralympiquesThéo Gmür
Catégories
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
LonelyZOE WEES