Le Conseil des Etat veut en savoir plus sur un statut national de proche aidant

Proches aidants
Politique
Nathalie Terrettaz
Journaliste RP

Le statut des proches aidants doit être défini au niveau national. C’est ce que demande une motion de la conseillère aux Etats Marianne Maret, qui a été transmise à la commission compétente aujourd’hui par le Conseil des Etats. La Communauté d’intérêts proches aidants s’en réjouit.

En droit fédéral, la notion de proche aidant n’existe pas. «On parle de proches, d’entourage, de membres de la famille, de parents, de personnes faisant ménage commun, d’aide, d’assistance, de protection, etc. Cela est pareil dans les législations cantonales.»
Pour les cantons qui prévoient des prestations particulières, les critères retenus diffèrent encore d’un canton à l’autre. Or, les proches aidants n’habitent pas toujours dans le même canton que les personnes qu’ils soutiennent et aident.

Constituer un groupe de travail

La motion de la conseillère aux Etats Marianne Maret demande qu’un groupe de travail soit constitué, avec des représentants des proches aidants, pour qu’émerge une définition unique dans le droit fédéral. Le Conseil des Etats, contrairement à l’avis du Conseil fédéral qui estime que c’est trop compliqué, a préféré en savoir plus en envoyant l’objet en commission pour examen approfondi.
Cette décision réjouit la Communauté d’intérêts Proches aidants (CIPA). Car quand chaque canton utilise une définition différente, cela sème le trouble auprès d’une population déjà mise à rude épreuve et ne disposant que de peu de temps.

Selon Andreas Bircher, président de la CIPA, «le futur statut doit permettre aux proches aidants un accès rapide aux prestations des différents acteurs sans qu’il soit à chaque fois nécessaire de démontrer sa situation. La CIPA espère que l’examen de la question par la commission compétente se traduira par une proposition concrète.»

NT/c
Les articles les plus lus