La Suisse se rate face au Danemark

Reto Berra laisse filer le puck entre ses jambes sur le 3-1 danois signé Boedker ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
JO 2022
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La Suisse a livré une performance embarrassante face au Danemark dans son 3e match du tournoi olympique à Pékin. Les joueurs de Fischer se sont inclinés 5-3 et finiront derniers de leur groupe.

Sans un sursaut d'orgueil en fin de partie, on aurait sans autre parlé de honte, mais la Suisse a au moins montré un visage attrayant lors des quinze dernières minutes. Il n'empêche que cette défaite, la troisième en autant de rencontres, fait mal. Parce que le Danemark n'est pas du calibre de la Russie ou de la Tchéquie.

Pourtant au terme des vingt premières minutes, on pouvait se dire que le plan se déroulait sans accrocs. Une ouverture du score de Corvi (16e) à la suite d'un joli travail de Weber avait placé la Suisse en excellente position face à la formation entraînée par Heinz Ehlers. Parce que contre cette escouade danoise habituée à bâtir un mur devant son gardien, marquer en premier amène un avantage certain.

Un tiers à oublier

Un avantage galvaudé dès le début d'un tiers médian que l'on labellisera de sainte horreur à tous les niveaux. On peut même avancer que l'on n'avait pas vu pire période depuis un sacré moment sous l'égide de Patrick Fischer. Tout a commencé par une pénalité (sévère?) à l'encontre de Denis Malgin, de retour dans le groupe après son isolement covid, en tout début de tiers. Le box-play helvétique a plié en sept secondes à la suite de l'engagement perdu par Bertschy. C'est l'attaquant d'Ambri, Peter Regin, qui a battu Reto Berra (21e).

21 secondes plus tard, un lancer anodin de Frederik Strom a attrapé le patin de Lukas Frick pour le 2-1 danois. Le défenseur vaudois a inscrit au passage le 3e (!) autogoal en autant de matches. Sans doute un record. Puis à la 34e, c'est le Luganais Mikkel Boedker qui a trompé Berra d'un tir moyen entre les jambes du gardien de Fribourg-Gottéron. Et alors que l'on imaginait l'orgueil des Helvètes leur permettre de revenir dans le dernier vingt, ces derniers ont encaissé le 4-1 à la 42e après une défense beaucoup trop lâche de Denis Hollenstein.

Un baroud d'honneur

Puis Loeffel a réduit la marque en power-play à la 45e. Et Herzog, magnifiquement servi par Corvi, a remis la Suisse à une longueur des Scandinaves à la 58e. Bien, mais trop tardif malgré la sortie de Berra pour quasiment les quatre dernières minutes. Et à 59 secondes du terme de la troisième période, Strom a pu inscrire le 5-3 final.

La Suisse va maintenant se préparer à un huitième de finale face à un adversaire qui reste à déterminer. Sans une révolte salvatrice et à une prise de conscience de ses cadres, cette sélection semble rejouer la même partition qu'à Pyeongchang avec cette sortie sans gloire en huitièmes de finale face à l'Allemagne. L'espoir existe encore, mais il va falloir se montrer sous un meilleur jour.

ATS
Catégories