La Fédération va payer l'équipe nationale féminine à égalité

Megan Rapinoe et les joueuses américaines ont eu gain de cause. ©KEYSTONE/AP/TED S. WARREN
Football
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La fédération américaine s'est engagée à payer l'équipe nationale féminine au même niveau que l'équipe masculine dans un accord avec un groupe de joueuses, dont la star Megan Rapinoe, qui avaient poursuivi l'instance.

La fédération américaine s'est engagée à payer l'équipe nationale féminine au même niveau que l'équipe masculine dans un accord avec un groupe de joueuses, dont la star Megan Rapinoe, qui avaient poursuivi l'instance.

"US Soccer s'est engagé à verser un salaire à taux égal à partir de maintenant pour les équipes nationales féminine et masculine lors de tous les matches amicaux et tournois, y compris la Coupe du monde", détaillent les termes de l'accord entre les deux parties, transmis mardi à l'AFP.

Vingt-huit joueuses de l'équipe nationale féminine des Etats-Unis, championne du monde en France en 2019, avaient déposé un recours collectif contre la politique discriminatoire de la Fédération américaine de football.

"Quand nous gagnons, tout le monde gagne", a applaudi sur Twitter la vedette américaine du football Megan Rapinoe, dans la foulée de l'annonce de l'accord.

L'accord doit mettre fin aux poursuites engagées par ce groupe de joueuses et porte sur un total de 24 millions de dollars, dont 22 millions distribués selon un mode proposé par les joueuses de l'équipe nationale féminine.

"Evidemment on ne peut pas revenir en arrière et effacer les injustices auxquelles nous avons été confrontées, mais il en ressort que cela ne pourra jamais se reproduire", a également déclaré Megan Rapinoe sur la chaîne ABC, saluant "un grand jour".

L'application des termes de l'accord dépendra de la ratification d'une convention collective entre les joueuses de l'équipe nationale et la fédération.

Une fois cette convention collective ratifiée et l'accord approuvé par un tribunal, les poursuites seront éteintes.

La question de ces primes a constitué un volet important du procès intenté par l'équipe féminine américaine en 2019, et notamment porté par Megan Rapinoe, accusant la fédération de "refuser obstinément" de payer ses joueuses et ses joueurs de manière équitable.

La FIFA a par exemple octroyé une prime de plus de 32 millions d'euros à la France lors de son succès planétaire en 2018 chez les hommes, alors que seulement 3,4 millions d'euros ont été versés aux Américaines lors de leur titre mondial de 2019.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus