Kobayashi en maître, dur apprentissage pour Peier

Ryoyu Kobayashi, le roi à Zhangjiakou. ©KEYSTONE/AP/Andrew Medichini
JO 2022
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les Suisses n'ont pas répondu présent lors du concours olympique au petit tremplin. Ils n'étaient pas assez forts pour maîtriser le vent capricieux, contrairement au médaillé d'or Ryoyu Kobayashi.

Le Japonais a eu des nerfs d'acier. Il s'est imposé avec des sauts de 104,5 et 99,5 m, le tout agrémenté de notes de style à la hauteur de sa précision en vol. En première manche, comme tous les favoris, il a pourtant dû affronter un vent devenu soudain défavorable. Mais le double vainqueur de la Tournée des Quatre-Tremplins a tenu bon, pendant que ses principaux rivaux cet hiver sombraient.

Le Nippon est monté du même coup pour la première fois de sa carrière sur un podium majeur, lui qui n'avait brillé jusqu'à présent qu'en Coupe du monde, et a réalisé le très rare enchaînement Quatre-Tremplins/JO.

L'Autrichien Manuel Fettner, jamais mieux classé que 12e en individuel dans une compétition majeure à ce jour, a décroché une inattendue médaille d'argent (à 4,2 points de Kobayashi). Le bronze est revenu au Polonais Dawid Kubacki. La hiérarchie, hormis Kobayashi, s'est retrouvée chamboulée.

Peier n'y était pas

Côté suisse, ce fut plutôt la soupe à la grimace. Surtout pour Killian Peier, 37e seulement avec un saut de 90,5 m en 1re manche, qui ne lui a pas permis d'accéder à la finale. Le Vaudois, dès son arrivée en Chine, n'a pas trouvé ses marques sur ce tremplin d'altitude. En plus, le médaillé de bronze des Mondiaux 2019 au grand tremplin s'est élancé à un moment défavorable sur le plan météorologique.

Simon Ammann, pour ses septièmes Jeux, s'est classé 25e. le Saint-Gallois, tout heureux d'être là, n'a pas perdu son sourire. Sorti 7e des qualifications, le Lucernois Gregor Deschwanden espérait mieux que sa 17e place.

Le Zurichois Dominik Peter (35e) n'a pour sa part pas franchi le cut après la 1re manche.

ATS
Catégories