Kevin Fickentscher: «Ne pas être sur le terrain, ça me titille»

Kevin Fickentscher ©Keystone-ATS
Football
Christophe Moreillon
Journaliste sportif RP

Véritable leader du vestiaire du FC Sion ces dernières saisons, Kevin Fickentscher apprivoise un nouveau rôle depuis cet été et l’engagement d’Heinz Lindner en Valais. Passé du statut de capitaine à celui de doublure de l’Autrichien, le Vaudois était présent devant la presse ce jeudi à Riddes.

Après deux semaines de trêve internationale, les choses sérieuses reprennent pour le FC Sion. Dimanche, le club valaisan accueille à Tourbillon le FC Winterthour, actuelle lanterne rouge du championnat. L’ambition pour les hommes de Paolo Tramezzani est claire: poursuivre leur bonne dynamique en enchaînant un 4ème succès de rang, toutes compétitions confondues.

«Je suis un compétiteur et comme tout le monde, j’ai envie de jouer.»Kevin Fickentscher

Ce jeudi à Riddes, l’entraîneur transalpin était accompagné lors du traditionnel point-presse hebdomadaire d’un certain Kevin Fickentscher. Plus ancien membre du vestiaire sédunois, le portier aux plus de 160 matches sous les couleurs valaisannes est revenu sur le statut qui est le sien depuis cet été. Celui de doublure du titulaire Heinz Lindner. «Je ne vous cache pas que ça me titille de ne pas être sur le terrain lors des matches», avoue le Vaudois. «Je suis un compétiteur et comme tout le monde, j’ai envie de jouer. Maintenant, les années m’ont appris à faire preuve de sérénité. Les saisons sont longues et on a besoin de tout le monde pour atteindre nos différents objectifs. À moi de bosser comme il faut à l’entraînement et de répondre présent lorsqu’on fait appel à moi.»

Poussé sur le banc: un scénario déjà vu

Anton Mitryushkin lors de son retour de blessure, Anthony Maisonnial, Timothy Fayulu: ces dernières saisons, plusieurs gardiens ont poussé Kevin Fickentscher sur le banc. À chaque fois, le Vaudois a fini par retrouver sa place entre les poteaux. Cette année toutefois, au vu du pédigré du nouveau numéro 1, la donne semble à priori différente. «Écoutez, moi je suis au service de l’équipe», commente simplement l’ex-capitaine de Tourbillon. «Le coach sait qu’il peut compter sur moi. Je pense l’avoir prouvé sur les deux matches de Coupe (ndlr: face à Chênois et Rapperswil). Je saisirai la moindre opportunité qui me sera donnée de me montrer mais le plus important, ça reste le collectif.»

«Dans le foot, tout va très vite. Je ne veux pas faire de plans sur la comète concernant mon avenir.»Kevin Fickentscher

Le numéro 18 n’en dira pas plus. On tente alors de le sonder afin de savoir si un éventuel départ du Valais pourrait être envisagé à l’avenir pour retrouver un poste de titulaire. Cet été, une rumeur – fondée ou non – a d’ailleurs fait état d’un potentiel intérêt de Bellinzone, néo-promu en Challenge League. «Dans le foot, tout peut aller très vite», rétorque-t-il. «On ne sait jamais ce qui va se passer. Je ne veux donc pas faire de plans sur la comète. Mais pour l’instant, je me focalise sur la saison que l’on est en train de vivre. On a de belles choses à réaliser tous ensemble.»

Une trêve intense sur le plan physique

Après avoir évoqué son cas personnel, Kevin Fickentscher est revenu sur ces deux dernières semaines de trêve internationale. Deux semaines loin d’être de tout repos pour les organismes sédunois. «Tout le monde est bien physiquement depuis le début de la saison et il fallait éviter de se relâcher pour que l’on reste sur la même lancée. Les séances d’entraînement ont donc été lourdes ces quinze derniers jours.» Comme il nous le disait déjà après le succès en Coupe à Rapperswil, le Vaudois aurait préféré que son équipe ne soit pas stoppée dans sa bonne dynamique du moment. «Mais bon, ça été le cas pour toutes l’équipes. Quoiqu’il en soit, on se réjouit vraiment de retrouver le championnat ce week-end.»

«Trop souvent dans le passé, on a fait deux pas en arrière alors qu’on avait l’occasion d’en faire un en avant.»Kevin Fickentscher

Lors de leur dernière sortie en Super League voici près de trois semaines, les Sédunois étaient allés s’imposer 2 à 1 sur la pelouse d’un FC Saint-Gall alors leader du championnat. Dimanche, leur prochain rendez-vous leur proposera donc un duel face à Winterthour, actuel dernier de classe. «Qu’importe le statut de notre adversaire, on doit aborder chaque match avec sérieux», tonne le dernier rempart. «On a déjà bien analysé leur jeu et on va continuer de le faire pour être parés à toute éventualité. On a la possibilité d’enchaîner une belle série de victoires et on ne veut pas la gâcher. Trop souvent dans le passé, on a fait deux pas en arrière alors qu’on avait l’occasion d’en faire un en avant.»

Un statut de favori à assumer

Pour continuer à regarder vers le haut et rester au contact de la tête, les Sédunois savent qu’ils devront assumer leur statut de favori face aux Zurichois. «On a plus à perdre qu’eux et forcément, ça peut rajouter de la pression. Mais sans être arrogants, on connaît nos forces. On est sûrs de nous et on a tout pour gagner ce match. Après, les paroles c’est beau mais ce qui compte, c’est les actes.»

Les actes sont attendus dimanche à Tourbillon. Cette partie de la 9ème journée de Super League sera évidemment à suivre en direct dès 14h15 sur Rhône FM.

CM/YR
Thèmes liés à l'article
FootballFC SionKévin Fickentscher
Catégories
Dossier FC Sion