Immigration : quel est le village du Valais romand qui compte le moins d'étrangers ?

Isérables ©keystone-ATS
Statistiques
Thomas Schurch
Journaliste RP

1/4 de la population valaisanne est de nationalité étrangère. Ce chiffre émane de l'office cantonal de la statistique qui publie ses données pour 2021. En matière d'immigration, les communes valaisannes ne sont pas toutes logées à la même enseigne, qu'elles soient situées en plaine ou en montagne.

C'est un petit fascicule publié chaque année, une mine d'informations sur les communes du canton. "Le Valais en chiffres", version 2021, vient de sortir. Il est publié par l'Office cantonal de statistique et de péréquation, financé par la Banque cantonale du Valais. On y parle de tout : qu'il s'agisse du nombre d'habitants par commune, les âges, les sexes... Mais encore de la superficie ou de la densité, le nombre d'emplois sur le territoire, les logements vacants, l'hôtellerie, les recettes nettes d'impôts, etc. Tout on vous dit.

23% de la population est étrangère en Valais

Un constat s'impose, le Valais évolue, le Valais grandit. Au 31 décembre 2020, 348'503 habitants peuplaient le canton, soit une croissance moyenne de 0,86%, plus marquée dans le Bas-Valais. Cette augmentation de la population s'explique principalement par le solde migratoire positif (en 2020, alors que le solde naturel était de 34, le solde migratoire se montait à 3'214).

79'523 étrangers résidaient en Valais fin 2020, 22,8% de la population (25,5% à l'échelle nationale).

Concernant l'immigration, le contraste est marqué entre la plaine et les vallées latérales. Dans leur grande majorité, les communes de montagne ont un taux d'étrangers moins important que la plaine - hormis les stations en vue comme Crans-Montana, Zermatt ou Bagnes.

Pour illustrer ces chiffres, Rhône FM est parti à la rencontre de deux communes "symboles". L'une compte près de 50% d'étrangers, l'autre moins de 5%. L'une est une commune ouvrière de plaine, l'autre un village agricole de montagne. d'un côté Chippis (reportage ici), de l'autre Isérables.

Isérables : identité marquée, population en perte de vitesse

Pour connaitre le village qui compte le moins d'étrangers dans le Valais romand, direction le district de Martigny. Voici Isérables : 827 habitants, dont 38 étrangers. Un taux de 4,6%. Dans le canton, seuls quelques hameaux haut-valaisans ont un pourcentage inférieur. 

"L'attractivité d'un village ne se mesure pas à son pourcentage de population étrangère" Régis Monnet, président d'Isérables

Pour le président Régis Monnet, plusieurs facteurs expliquent cette situation. "Nous sommes un village situé en rive gauche, sur le coteau, en montagne. Nous n'avons pas de grande industrie", explique-t-il sur Rhône FM. Alors Isérables, mal aimé car peu courtisé ? "Non, nous sommes un village connu loin à la ronde !" répond dans un sourire Régis Monnet. "L'attractivité d'un village ne se mesure pas à son pourcentage de population étrangère, mais plutôt aux conditions-cadres qu'il peut offrir. Les gens veulent un certain confort." Et le président de prendre comme exemple l'habitat : "Isérables est un village très concentré, toutes les maisons sont en mitoyenneté, cela amène des contraintes, forcément".

"Tout le monde est le bienvenu, n'hésitez pas à venir !" Régis Monnet, président d'isérables

Le village connait une lente érosion de sa population, est-il en danger ? "Notre plus grand défi, ce n'est pas forcément de faire venir du monde, mais plutôt de ne pas en perdre". Régis Monnet qui insiste : "Tout le monde est le bienvenu, nous sommes à 5 minutes de la plaine en téléphérique, n'hésitez pas à venir !"  Ecoutez l'interview complète du président Régis Monnet ici :

"Bien sûr les gens peuvent venir, il ne faut pas craindre le dahu !"
TS
Thèmes liés à l'article
IsérablesImmigration
Catégories
Les articles les plus lus