Guillaume Hoarau: «Je suis allé chercher cette prolongation sur le terrain»

Guillaume Hoarau ©Keystone-ATS
FC Sion
Justin Grept
Responsable des sports

Comme tous ses coéquipiers du FC Sion, Guillaume Hoarau a repris les entraînements ce lundi. L'attaquant réunionnais, qui a prolongé d'une saison l'aventure en Valais, se confie. Il évoque la fin de saison dernière, Fabio Grosso, Luca Zuffi et ses attentes pour le prochain exercice.

Guillaume Hoarau, il y avait une bonne ambiance durant cet entraînement de reprise. On imagine que ça change de l’atmosphère qu’il régnait en fin de saison dernière… ?
Oui ! C’est la rentrée des classes, beau soleil, beaux sourires. C’est important, car c’est notre travail mais aussi notre passion. Et ce qui est bien, c’est que le foot est un éternel recommencement. Les vérités d’hier ne sont pas celles de demain. On a vécu une saison très difficile. Mais maintenant c’est derrière, il faut avancer et on est optimistes. On a envie de faire de belles choses et le club s’en donne les moyens. Mais oui, on commence dans la bonne humeur.

La pause de trois semaines vous a-t-elle permis de digérer la saison passée ?
Oui, ça a fait du bien à la tête de pouvoir récupérer et se ressourcer avec la famille. C’était une fin de championnat compliquée, et la famille a aussi souffert. Donc ça a fait du bien à tout le monde.

Vous n’aviez pas l’habitude de vivre ce genre de situation. Avec YB, vous jouiez plutôt le haut du classement. Cette année, le besoin de décompresser était encore plus grand ?
Ce n’est en effet pas la même chose et ce n’est pas évident de veiller à ce qu’on reste positif semaine après semaine. Ça use énormément d’énergie. Mais au final on s’en est sorti. Et si ça n’a pas la saveur d’un titre, sauver le club d’une relégation, pour l’anecdote, c’est quand même pas mal.

«Avec le Président, les données étaient claires, si je faisais le taf sur le terrain, il me renvoyait l’ascenseur.» Guillaume Hoarau, joueur du FC Sion

Suffisant en tout cas pour que le FC Sion et vous trouviez un accord pour une prolongation…
Il a fallu aller la chercher sur le terrain. Ce qui est bien avec le Président, c’est qu’il a une parole d’homme. Beaucoup le critiquent et ne comprennent pas sa façon de travailler, mais s’il y a une chose sur laquelle il ne déroge pas, c’est son honnêteté. Nous n’avons pas beaucoup parlé. Les données étaient claires, si je faisais le taf sur le terrain, il me renvoyait l’ascenseur.

Rester au FC Sion était votre priorité ?
Ma priorité, c’est de continuer à jouer au foot. Après, je l’ai déjà dit, je n’ai pas encore tout donné aux Valaisans. Je pense qu’il y a une belle page à écrire. C’est pour cela que j’ai voulu rester.

«Franchement, les gens qui doutent, je m’en fous un peu…» Guillaume Hoarau, joueur du FC Sion

Vous l’évoquiez, cette prolongation est due à vos bonnes prestations sur le terrain. On a senti que vous étiez fier d’avoir prouvé à vos détracteurs, qui vous pensaient trop vieux à 37 ans qu’ils avaient tort…
Franchement, les gens qui doutent, je m’en fous un peu… Mais c’est vrai que quand le monde du football suisse se pose des questions, il faut mettre le bleu de chauffe et prouver. Et pour cela, il faut être sur le terrain, en bonne santé. Dès ce moment, je sais ce que je peux faire. De temps en temps, il faut remettre l’église au milieu du village. C’est ce que j’ai fait.

«Je pense qu’on aurait pu éviter tout cela. Mais si le club s’est retrouvé dans cette situation, Fabio Grosso a une responsabilité.» Guillaume Hoarau, joueur du FC Sion

On peut dire, Guillaume Hoarau, que vous ne garderez pas un souvenir impérissable de Fabio Grosso ?
Ouais… il s’est passé ce qu’il s’est passé. Je ne suis pas du genre à critiquer ouvertement. C’est clair que j’ai été déçu, parce que je pense qu’on aurait pu éviter tout cela. Après, il n’y a pas de fumée sans feu. Si le club s’est retrouvé dans cette situation, Fabio Grosso a une responsabilité. Mais en mars dernier, il ne servait à rien de le pointer du doigt. Il fallait se regarder dans le blanc des yeux et sauver le club. Avec le nouveau staff, les cartes ont été redistribuées et j’ai pu jouer. Tant mieux, le Président a réagi à temps et à trouver les hommes pour sauver le club. On a réussi. C’est tout ce qu’on retiendra.

Et pour la saison à venir, quels sont les objectifs ?
Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. On aura le temps de se poser et de discuter. Ce n'est pas parce qu’on s’est sauvé qu’on peut désormais tout se permettre. Mais l’essentiel sera de travailler pour ne pas être dans la peau du perdant, une situation que nous avons trop connue l’an passé. Pour cela, il faut construire une vraie ossature avec un plan de jeu clair. Le but est d’éviter de revivre une saison comme la dernière.

«On va tout faire pour que Luca s’acclimate rapidement, D’autant que nous avons besoin de leader.» Guillaume Hoarau, joueur du FC Sion

Dans cette optique, le recrutement de Luca Zuffi vous satisfait ?
Bien sûr ! Luca est un super joueur. On s’est souvent affronté ces dernières années et il nous a toujours embêté. C’est un joueur qui va nous apporter sa qualité technique, son pied gauche. En tant qu’attaquant, je ne peux qu’être content d’avoir un joueur comme lui derrière moi. On va tout faire pour qu’il s’acclimate rapidement, d’autant qu’on l’a vu lors du dernier championnat, nous avons besoin de leader. Avec Luca, ça en fait un de plus.

Ecoutez l'interview intégrale de Guillaume Hoarau

JG
Thèmes liés à l'article
FC SionFootballGuillaume Hoarau
Catégories
Les articles les plus lus