Froome se prononce contre les vélos de contre-la-montre

Chris Froome ne veut plus utiliser de vélo spécifique du contre-la-montre comme lors du dernier Tour de Romandie. ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Cyclisme
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le Britannique Chris Froome s'est prononcé contre l'utilisation des vélos spécifiques lors des contre-la-montre des épreuves par étapes dans le cyclisme sur route.

Froome, 36 ans, a pris position sur son compte Youtube suite au grave accident subi le mois dernier par son ancien coéquipier colombien Egan Bernal qui a percuté avec son vélo de contre-la-montre l'arrière d'un autobus en Colombie.

"Ces vélos ne sont pas faits pour rouler sur les routes ouvertes mais nous devons pourtant les utiliser pour nous préparer aux contre-la-montre importants", a estimé le quadruple vainqueur du Tour (2013, 2015, 2016, 2017).

Médaillé de bronze à deux reprises aux JO (2012, 2016) dans le contre-la-montre, Froome a été lui-même sérieusement blessé en juin 2019 alors qu'il effectuait la reconnaissance, mais sur route fermée, d'un contre-la-montre du Critérium du Dauphiné.

"S'il y a un contre-la-montre d'une heure dans le Tour de France, on doit s'y préparer. Mais combien de routes connaissez-vous où l'on peut rouler pendant une heure dans ces conditions particulières, sans trafic, panneaux d'arrêt ou feux de circulation ? Cela n'existe tout simplement pas dans le monde réel", a plaidé le Britannique en prônant le retour à des vélos classiques, délaissés depuis une trentaine d'années dans les contre-la-montre.

Froome, qui a quitté Ineos pour Israël au terme de la saison 2020, a avancé également l'argument de l'équité. L'abandon des vélos spécifiques privilégierait le coureur, "moins la recherche et le développement, l'aérodynamique et le travail en soufflerie".

ATS
Catégories