Ferrari à nouveau devant au deuxième jour des essais de Bahreïn

Carlos Sainz et sa Ferrari, les plus rapides de la deuxième journée d'essais de Formule 1 (archive). ©KEYSTONE/AP/Joan Monfort
Automobilisme
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Ferrari a continué d'impressionner au deuxième jour des seconds essais hivernaux, avec le meilleur temps pour l'Espagnol Carlos Sainz Jr vendredi à Bahreïn.

"Pour le moment, Ferrari a globalement l'air d'être la plus solide", disait le Britannique George Russell (Mercedes) jeudi. "Ferrari a l'air d'être l'équipe en forme du moment", a renchéri vendredi le patron de Red Bull Christian Horner, qui cite aussi les siens, Mercedes, McLaren ou encore Alpine.

Avant de rappeler que certains peuvent cacher leur jeu et qu'on n'y verra clair que lors des premières qualifications de 2022 samedi prochain, à Bahreïn toujours.

"C'est typique de Mercedes de louer les autres avant d'écraser la concurrence lors de la première course", balaye Sainz lui-même, avant de laisser entendre que les données GPS montrent que l'écurie allemande en garde sous la pédale.

Son chrono de 1'33''532 est en tout cas le meilleur jusque-là sur le circuit de Sakhir. Surtout, il a tourné 0''479 plus vite que le champion néerlandais Max Verstappen (Red Bull), deuxième, et 0''609 plus vite que le vice-champion britannique Lewis Hamilton (Mercedes), quatrième.

La seconde Ferrari du Monégasque Charles Leclerc est sixième à 0''834, mais elle a roulé le matin, sous une chaleur rendant la piste moins rapide.

Ricciardo toujours malade

A noter également, l'Alpine du Français Esteban Ocon est cinquième à 0''744, malgré un arrêt "par précaution" qui a provoqué un drapeau rouge dans l'après-midi.

Le Britannique Lando Norris (qui remplace pour le deuxième jour consécutif chez McLaren son équipier Daniel Ricciardo, malade depuis jeudi matin mais négatif au Covid-19) a signé le septième temps malgré des problèmes de freins depuis la veille.

L'état de santé de l'Australien, qui a aussi manqué les traditionnelles photos de classe du début de saison, s'améliore, selon son Team Principal Andreas Seidl, "assez optimiste quant à son retour dans la voiture demain".

Nicholas Latifi (Williams), lui, n'a pu boucler que 12 tours le matin, avant d'être forcé de s'arrêter pour éteindre ses freins arrière en flammes.

"Le problème qui a provoqué l'incendie était assez mineur", a indiqué son écurie sur Twitter. "Ca n'est pas aussi grave que les images le suggèrent mais il y a des dommages causés par le feu à l'arrière de la voiture que l'équipe doit réparer."

La journée a aussi vu le retour au volant du Danois Kevin Magnussen, rappelé in extremis par Haas pour disputer la saison 2022 à la place du Russe Nikita Mazepin, évincé suite à l'invasion de l'Ukraine.

"Voiture innovante"

Hors piste, Christian Horner a achevé d'enterrer la polémique sur la carrosserie de Mercedes et les pontons quasiment absents sur les flancs de la monoplace.

Jeudi matin, le média spécialisé "Auto Motor und Sport" avait rapporté les doutes du Britannique concernant la conformité de cette F1 au règlement. Rapidement, Red Bull a démenti et Horner s'est expliqué en conférence de presse vendredi.

"Les commentaires cités n'ont certainement jamais été faits, affirme-t-il. La voiture est innovante, cette solution intéressante. En ce qui nous concerne, la Mercedes est conforme aux règles qui ont juste été interprétées différemment."

Reste à voir désormais "si c'est rapide ou non", poursuit Horner. "Seul l'avenir le dira mais, en termes de conformité, c'est à la Fédération internationale de l'automobile (FIA) de juger."

Or le régulateur du sport auto a donné son feu vert, assurait Toto Wolff, le patron de Mercedes, jeudi.

Alors qui est le véritable favori pour 2022 ? La dernière journée des tests hivernaux samedi permettra d'en apprendre un peu plus sur les forces en présence.

Non sans rappeler que la saison précédente, la première session d'essais à Barcelone fin février avait été dominée par Mercedes devant Red Bull...

ATS
Catégories
Les articles les plus lus