Championnats du monde ski alpin : le Haut-Plateau serre les rangs mais des inconnues restent à lever

barzettes.jpg ©cm-fis/rfm
Ski alpin
Christian Hermann
Rédacteur en chef adjoint

Crans-Montana ou Garmisch-Partenkirchen? L’une des deux organisera les championnats du monde 2027 de ski alpin. La décision tombera dans quatre mois, le 26 mai, à Vilamoura, au Portugal.

Sur le Haut-Plateau, le dossier de candidature pour l’éventuelle organisation des championnats du monde de ski alpin 2027 est bouclé sur le papier.
Mais encore faudra-t-il mener à bien sa réalisation, notamment pour les infrastructures.

Les communes doivent encore accorder les violons

A mi-décembre, les délégués de l’Association des communes du Haut-Plateau (ACCM) ont accordé un crédit d’étude de 900 mille francs pour préciser les contours des infrastructures à adapter ou à construire. Le vote des délégués de CransMontana (18 sur 29) a fait pencher la balance alors que parmi les représentants de Lens et Icogne, cinq s’y sont opposés et trois se sont abstenus.
L’étude doit notamment permettre de décider à qui appartiendra l’aire d’arrivée (prévue sur des terrains propriété de CMA, de CransMontana et de la grande bourgeoisie) ainsi que la formule qui pourrait être choisie entre une structure en dur (20 millions dont la moitié à charge des communes) ou avec une variante démontable. A Lens, les interrogations sont toujours là, explique son président David Bagnoud.

Des imprécisions à clarifier aux yeux de David Bagnoud

Le constat est partagé par les voisins de l’ouest. A Icogne, le président Martial Kamerzin ne voit pas d’autres problèmes que cette clarification dans les variantes et dans les coûts selon que les championnats du monde soient ou non, attribués à Crans-Montana.

Des garanties attendues par Martial Kamerzin

Commune site et donc porteuse du projet, Crans-Montana voit les semaines avancer un peu trop vite au goût du président Nicolas Féraud, d’où dit-il la nécessité d’avancer. Les imprécisions qui freinent les communes voisines ne pèseront pas sur l’issue de la candidature.

Tous derrière même s’il faudra encore peaufiner un peu plus que des détails, reconnait Nicolas Féraud

L’aménagement des Barzettes ; une opportunité pour les remontées mécaniques

Au cœur du domaine qu’elles gèrent, CMA, les remontées mécaniques, sont aux premières loges. C’est dire que tout réaménagement ou construction d’installation les intéressent au plus haut point. Sauf que la variante proposée pour l’accès entre les Barzettes et Cry d’Err, ne convainc guère et toute la problématique des parkings doit être englobée dans le projet. Directeur de CMA, Maxime Cottet le dit : "CMA est derrière cette candidature… mais il faut trouver des variantes répondant aux besoins des installations et de l’organisation des championnats du monde".

CMA derrière mais avec des attentes, explique Maxime Cottet

A quatre mois de la décision, une unité à trouver

Sur la base du dossier déposé, le comité exécutif de candidature se dit confiant. Pour ce qui relève des exigences directes de la Fédération internationale de ski (FIS), Crans-Montana peut assurer, selon Marius Robyr qui espère voir un front uni, quelles que soient les variantes d’investissements qui seront validées.

Des points à régler qui ne devraient, en principe, pas influencer l’issue de la candidature, selon Marius Robyr

A Vilamoura, au Portugal, le verdict se jouera donc entre des championnats du monde 2027 à Crans-Montana ou en Haute-Bavière, à Garmisch-Partenkirchen.

CH
album_image
En ce moment
2amFOALS