Avant la reprise contre GC, entretien avec Kevin Fickentscher

Justin Grept
Responsable des sports

Le FC Sion reprend le championnat de Super League dimanche en recevant GC à Tourbillon (16h30). Avant le lancement de la deuxième partie de saison, interview avec le gardien sédunois Kevin Fickentscher.

Kevin Fickentscher, le FC Sion sort d’une préparation de trois semaines. Est-elle réussie ?
Je crois, oui. Tout d’abord, nous avons pu et su rester en santé, car pendant ces trois semaines, nous avons des charges qui sont lourdes pour l’organisme. On a bien travaillé. Et c’est le moment idéal pour remettre de la benzine dans les réservoirs parce qu’on est au-devant de quatre mois intenses où l’on aura besoin de beaucoup d’énergie pour être bons dans les matches.

Le camp prévu en Espagne a été annulé. Se préparer dans le froid au lieu de profiter d’un climat plus doux, ça change quelque chose ?
Le changement se situe surtout au niveau des terrains. Quand on part à l’étranger, c’est pour bénéficier de pelouses de qualité. Mais ici, nous avons eu la chance de pouvoir avoir des terrains chauffés et des gens qui s’activent quotidiennement pour qu’on puisse jouer dans les meilleures conditions possibles. Le froid, il suffit de mettre un pull.

«En Valais, on a un climat tropical, donc il n’y a pas de souci avec le froid.» Kevin Fickentscher

Tout de même, moralement, s’entrainer et se faire mal en préparation, c’est plus sympa de le faire sous 20 degrés, non ?
Ça ne me dérange pas. En Valais, on a un climat tropical, donc il n’y a pas de souci par rapport à ça (rires).

Cette préparation a été marquée par des résultats qui n’ont pas été convaincants, avec deux défaites dont une lourde face à YB (6-0)… 
Ces matches amicaux ne veulent pas dire grand-chose. On a préparé aucun match amical de la même manière qu’on prépare les matches de championnat. On était surtout concentrés sur les entrainements, sur les séances quotidiennes. Les amicaux étaient un petit plus. Après, c’est clair que ça nous a remis les idées en place. C’est une bonne chose que ce soit arrivé dans les matches de préparation, pour rectifier le tir immédiatement. On a mis les bouchées doubles pour être prêts dimanche.

Quelles seront les ambitions du FC Sion ce printemps ?
On veut regarder vers l’avant. Ce qui ne veut pas dire qu’on n’est pas attentifs à ce qui se passe derrière. Ces dernières années, on a vécu des saisons compliquées physiquement et mentalement. Personne n’a envie de les revivre. On sait qu’en réalisant des séries, on est vite vers le haut, mais aussi vers le bas. On doit être capable d’enchainer les bonnes performances chaque week-end.

«Dans ce championnat très serré, nous sommes capables de gagner ou de perdre contre tout le monde.» Kevin Fickentscher

Si vous voulez regarder vers le haut, il faut être performant dès dimanche face à GC…
Bien sûr ! On a fini le championnat sur une victoire (ndlr : 2-0 face à Lausanne), on veut le reprendre sur une victoire. GC ne sera pas facile à manier, c’est une très bonne équipe, en place tactiquement. Mais on a bossé en conséquence, et on espère pouvoir répondre présent, qui plus est à Tourbillon, devant nos supporters.

Après GC – avec qui vous êtes au coude-à-coude – le calendrier vous emmène à Bâle et à Lucerne, deux équipes qui se situent aux extrêmes du classement. Vous êtes tout de suite dans le vif du sujet.
On pourra voir tout de suite à quel niveau on se situe. Dans ce championnat, nous sommes capables de gagner contre tout le monde. Et de perdre contre tout le monde. La seule chose certaine, c’est qu’on abordera chaque rencontre avec l’envie de prendre les trois points. 

Sion compte neuf points d’avance sur la place de barragiste. N’est-ce pas un peu traitre, avec le risque de s’endormir sur ses lauriers ?
Tout à fait, il faut faire très attention. On a un petit matelas, qu’on a su se créer. Mais on ne doit pas se reposer là-dessus et engranger le plus vite possible le maximum de points. Ça nous permettra de travailler plus sereinement.

«On mérite ces neuf points d'avance sur la place de barragiste, car on a fait de bonnes performances.» Kevin Fickentscher

La relégation est-elle une réelle crainte dans le vestiaire sédunois ?
La crainte, non. On ne doit pas en avoir peur. On doit aussi être conscient que tout peut aller très vite dans ce championnat, ce qui n’est pas nouveau. On a mérité ce petit matelas de confort, car on a fait de bonnes performances. Maintenant, la deuxième partie de saison commence et il faut faire le job.

Devant la presse, Paolo Tramezzani vous a conforté dans votre place de numéro 1 dans la hiérarchie des gardiens. La confiance est donc au top chez vous ?
Evidemment, avoir la confiance de son coach, de son staff et du club, c’est important. Je suis quelqu’un qui fonctionne beaucoup à ça. Donc ça me réconforte. Après, tout se joue sur le terrain. A moi d’être performant pour aider mes coéquipiers et qu’on réalise, tout ensemble en équipe, une bonne deuxième partie de saison.

JG
Thèmes liés à l'article
Catégories