Après avoir frôlé la disparition, les Sierre Lions visent le titre

Sierre Lions ©Rhône FM
Streethockey
Christophe Moreillon
Journaliste sportif

Engagés en finale des playoffs de LNA de streethockey, les Sierre Lions ne sont qu’à deux petites victoires de décrocher le 4ème titre national de leur histoire. Un véritable exploit pour un club qui a failli disparaître il y a quelques mois.

C’était il y a seulement quelques mois. À la mi-novembre. Les Sierre Lions lançaient un appel à l’aide. Un SOS. Ils créaient d’urgence une task-force afin d’assurer un avenir mis en péril par les années de pandémie. À l’origine de celle-ci, Mathieu Schildknecht nous avait fait part de ses craintes pour le futur de ce club qu’il aime tant. Des craintes qui semblent aujourd’hui s’être dissipées dans l’esprit du Valaisan. «On a réussi à inverser la tendance. On est désormais dans une bonne dynamique, dans quelque chose de très positif», souffle-t-il.

«Sans capitaine, un bateau ne peut pas naviguer.»Mathieu Schildknecht, joueur et directeur sportif des Sierre Lions

Concrètement, plusieurs problèmes se posaient aux Sierrois durant l’automne. Premier d’entre eux: la démission en bloc du comité. L’urgence était alors de mise pour en recréer un. «Sans capitaine, un bateau ne peut pas naviguer», image Mathieu Schildknecht. Dans le nouvel organigramme, il a lui-même hérité de la fonction de directeur sportif. Le rôle de président a quant à lui été attribué à Adriano Bramato, 42 ans et membre de la direction de la Raiffeisen de Sierre. «L’histoire du club était une première motivation à m’engager», explique ce dernier. «La deuxième est plus familiale. Mon beau-frère (ndlr: Sébastien Duc) a participé à tous les titres. Lorsqu’il m’en parle encore aujourd’hui, il a les yeux qui pétillent.» Le reste du comité est composé de Marie Schildknecht, l’épouse de Mathieu, qui gère les relations avec la presse, de Catherine Plaschy comme secrétaire et René Rebord comme responsable technique.

Repartir de la base pour éviter une nouvelle pénurie de juniors

Le deuxième problème auquel les Sierre Lions devaient faire face était une pénurie de juniors. L’urgence était là aussi de mise puisqu’un club doit disposer d’une équipe de jeunes pour pouvoir évoluer au plus haut niveau. «On a choisi de repartir de la base, en construisant une équipe de U9. C’est le meilleur moyen de pérenniser ces juniors dans la durée», affirme Mathieu Schildknecht. «Sans eux, le club est bancal», enchaîne Adriano Bramato. «La priorité des prochains mois sera donc pour nous de refaire connaître ce sport. De créer des événements pour attirer toujours plus de jeunes.»

«On pensait finir dans les derniers du classement et au final, on a terminé 3èmes de la saison régulière après avoir été en tête un petit moment.»Alexandre Mermoud, joueur des Sierre Lions

Y parvenir passera inévitablement par de bons résultats de l’équipe première. Et ça tombe bien: celle-ci dispute en ce moment la finale des playoffs de Ligue Nationale A. Une performance qui était loin d’être gagnée à l’avance. «La situation était aussi très compliquée à ce niveau-là il y a quelques mois», reconnaît Alain Mermoud, joueur des Sierre Lions depuis une dizaine d’années. «On a commencé la saison avec très peu de joueurs. On pensait alors finir dans les derniers du classement et au final, on a terminé 3èmes de la saison régulière après avoir été en tête un petit moment.» L’exploit est d’autant plus grand pour les Sierrois qu’ils ont évolué durant tout l’exercice sans entraîneur. «Deux joueurs ont pris le «lead» mais on s’est tous investis davantage pour que le groupe fonctionne. D’ailleurs, je pense que cette particularité a renforcé notre esprit d’équipe. Tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice.»

Outsiders de la finale: une étiquette qui convient bien aux Sierrois

Cette bande de copains, parfois décimée au point de devoir se déplacer à seulement sept joueurs pour jouer un match, se retrouve donc aujourd’hui parmi les deux derniers prétendants à la couronne nationale. Face à elle: les Soleurois de Granges, leaders de la saison régulière. Les deux premiers actes de cette série au meilleur des 5 matches ont eu lieu le week-end dernier. À la clé: une victoire de part et d’autre, obtenue à chaque fois sur le terrain adverse. «Avant ça, ils avaient gagnés les deux premiers duels de l’exercice. En plus, ils viennent de remporter la Coupe donc on est clairement l’outsider. Mais c’est une étiquette qui nous convient parfaitement», poursuit Alexandre Mermoud.

«Avec l’enthousiasme et l’engagement des joueurs, tout est réuni pour que l’on revive des émotions.»Adriano Bramato, président des Sierre Lions

Une étiquette qui collait déjà à la peau des «Rouge et Jaune» en demi-finale face à Oberwil. Un adversaire écarté en quatre matches. «Quand on voit la qualité de ces joueurs, on comprend bien que l’on n’a pas grand-chose à faire au niveau des résultats», sourit le nouveau président. «Nous on est juste là pour les soutenir au maximum en dehors du terrain afin qu’ils ne se concentrent que sur l’aspect sportif. Avec leur enthousiasme et leur engagement, je suis persuadé que tout est réuni pour que l’on revive des émotions.»

Un premier titre depuis 2005?

Les émotions d’une finale des playoffs, les Sierre Lions ne les avaient plus vécues depuis quatorze ans. Le dernier titre du club remonte lui à 2005. «Être à nouveau là aujourd’hui, c’est un bon moyen d’attirer à nouveau le public. On a vraiment besoin de son soutien. Et puis, forcément, cela peut donner envie aux jeunes de vivre ça à leur tour à l’avenir», ne cache pas Mathieu Schildknecht. «Aller au bout, ce serait magnifique. Ce serait quelque chose d’énorme pour le club et tous ceux qui le suivent. Je suis personnellement déjà très content de ce que l’on a accompli. À partir des quarts, c’était du bonus alors gagner le titre, ce serait vraiment le gros plus. On va en tout cas tout faire pour y arriver!», conclut pour sa part Alexandre Mermoud.

Le troisième acte de cette finale des playoffs de LNA entre Granges et les Sierre Lions est prévu dimanche en terres soleuroises. Les deux formations se retrouveront en tout cas une 4ème fois le samedi suivant (14 mai) au centre sportif d’Écossia.

Déplacement en bus organisé pour l’acte 3
Pour mettre toutes les chances de s’offrir une balle de titre à domicile lors de l’acte 4 de cette finale, les Sierre Lions organisent un déplacement en bus pour le 3ème match prévu dimanche à Granges. Départ à 10h30 de Sierre et 11h00 de Martigny. Les supporters intéressés peuvent s’inscrire jusqu’à ce mercredi 4 mai au 079 277 80 96. Le prix est de 30.- pour les adultes et 20.- pour les enfants.
CM
Thèmes liés à l'article
StreethockeySierre Lions
Catégories
Les articles les plus lus