Allier solidité défensive à efficacité offensive: la mission de Tramezzani et du FC Sion à Zurich

Paolo Tramezzani ©Keystone-ATS
Football
Christophe Moreillon
Journaliste sportif RP

Gros morceau au menu du FC Sion à l’occasion de la 31ème journée de Super League. Le club valaisan défie le FC Zurich samedi dès 17h30 au Letzigrund. Objectif: confirmer les prestations des deux derniers matches en se montrant plus tranchant offensivement.

Le FC Sion poursuit son enchaînement de matches face aux premiers de classe. Deux semaines après sa victoire sur la pelouse du 4ème Lugano (3-1) et cinq jours après le nul obtenu contre le 2ème Bâle à Tourbillon (0-0), le club valaisan a rendez-vous ce samedi dès 17h30 au Letzigrund. Au menu: un duel face au FC Zurich qui n’attend plus qu’à célébrer le titre qui lui est promis depuis plusieurs semaines déjà.

«Lorsque l’on entre de façon déterminée sur le terrain, on peut faire de bonnes prestations et obtenir des résultats contre n’importe qui.»Paolo Tramezzani

«Avant de prendre la route, nous avons bien analysé durant la semaine notre rencontre contre Bâle», explique l’entraîneur sédunois Paolo Tramezzani. «Nous avons cherché ce que l’on pouvait faire de mieux, nous avons revu toutes les situations que l’on aurait dû gérer différemment et nous les avons retravaillées durant les entraînements.» Principal point positif ressorti de l’analyse effectuée par le Transalpin? L’attitude de ses joueurs. «On voit bien que lorsque l’on entre de façon déterminée sur le terrain, on peut faire de bonnes prestations et obtenir des résultats contre n’importe qui.»

Pas préoccupé par les 0 tirs cadrés contre Bâle

Pour obtenir davantage de bons résultats à l’avenir, il faudra toutefois que le FC Sion se montre plus tranchant en zone offensive. La statistique des tirs cadrés face aux Rhénans est sans appel: aucun à mettre au crédit de l’équipe valaisanne. «Vous avez raison de ressortir cette statistique, je l’ai vu aussi et elle donne une perception de cette partie», poursuit Paolo Tramezzani. «Mais en tant qu’entraîneur, je regarde aussi d’autres choses. On s’est approchés à plusieurs reprises de leur surface. On a peut-être simplement fait quelques erreurs en plus qu’à Lugano au moment du dernier geste. J’ai vu une équipe qui a montré de l’envie, du caractère. Qui a défendu ensemble et qui a essayé jusqu’au bout de créer du danger. Vous savez, il y a des parties lors desquelles trouver de bonnes positions de frappe est naturel et d’autres durant lesquelles c’est plus compliqué. Mais c’est le foot. Cette statistique ne me préoccupe donc absolument pas.»

«Dans le foot, tu ne peux pas te permettre de défendre seulement à sept ou huit.»Paolo Tramezzani

Après avoir retrouvé une certaine solidité défensive lors des deux derniers matches, les Sédunois doivent désormais être capables d’associer celle-ci à la lucidité nécessaire pour éviter de commettre les erreurs dans le dernier geste dont parle leur entraîneur. «Pour y parvenir, il faut que tout le groupe soit constamment unis dans l’effort. Dans le foot, tu ne peux pas te permettre de défendre seulement à sept ou huit. Nos meilleurs matches, ceux lors desquels on a pris des points en livrant des prestations convaincantes, ce sont ceux lors desquels on a défendu à onze et attaqué à onze. À nous de reproduire ça dans la continuité.»

Le souvenir des deux derniers duels

À l’heure de défier le leader incontesté du championnat, Paolo Tramezzani attend donc de son équipe qu’elle confirme ses bonnes dispositions des deux dernières semaines. Et il s’appuie aussi sur les affrontements précédents face au FCZ. «Lors de nos deux derniers matches, à chaque fois à Tourbillon, on a été supérieurs aux Zurichois. Je me répète mais si l’on met de l’envie, de la tension et de la concentration dans notre jeu, on peut battre absolument tout le monde. Il faut juste en être convaincus.»

«Peu importe que cette partie face à Zurich soit compliquée, difficile, que l’on joue face à la meilleure équipe du pays, nous avons énormément à gagner.»Paolo Tramezzani

À l’instar de son défenseur Dimitri Cavaré, le Transalpin botte en touche lorsqu’on lui affirme que son équipe n’a rien à perdre au Letzigrund. «Cette expression m’énerve profondément», affirme-t-il. «Personne ne joue pour perdre et personne ne le fait pour ne rien avoir à perdre non plus. Chaque partie se joue pour obtenir le plus de points possibles. Peu importe que cette rencontre face à Zurich soit compliquée, difficile, que l’on joue face à la meilleure équipe du pays, nous avons énormément à gagner.»

Zurich-Sion, c’est donc ce samedi dès 17h30 au Letzigrund. Un match à suivre en direct sur Rhône FM.

CM
Thèmes liés à l'article
FootballFC SionSuper League
Catégories
Dossier FC Sion