Zermatt et Cervinia : pas une concurrence pour les autres stations valaisannes auprès de la FIS

Piste de l'Ours ©Keystone-ats
Ski alpin
Hugo Da Custodia
Journaliste RP

Les nouvelles épreuves de Zermatt et Cervinia, prévues au calendrier dès l’an prochain ou en 2023, sont plutôt bien accueillies par les autres stations valaisannes, notamment à Veysonnaz et Crans-Montana.

La nouvelle piste de Zermatt et Cervinia sera présentée ce vendredi à la presse. Le cadre idyllique et transfrontalier du Cervin accueillera soit dès l’an prochain, soit en 2023, un rendez-vous inédit en Coupe du monde. Plusieurs courses, Super G et descente, se tiendront dans le domaine italo-suisse. Des épreuves qui ont notamment le soutien de Swiss Ski (et de la FIS) et qui ne freineront pas les ambitions des autres stations valaisannes.

Des places convoitées

Crans-Montana et Veysonnaz n’ont jamais caché leur envie d’organiser des courses de vitesse masculine sur le circuit de la Coupe du monde. Sur le Haut-Plateau, les dames sont à l’honneur depuis plusieurs années. Rive gauche, la piste de l’Ours est taillée pour ce genre d’épreuves mais les hommes ne s’y sont plus arrêtés depuis la fin des année 90.

« Le créneau occupé par les courses de Zermatt est totalement favorable. » Jean-Édouard Fragnière

Avec l’entrée de Zermatt et Cervinia dans le calendrier, on peut se dire que le train est passé pour les autres stations valaisannes. Membre de l’organisation des courses de ski et snowboardcross à Veysonnaz, Jean-Édouard Fragnière se montre plus nuancé. « Il n’y a pas de concurrence, tranche-t-il. Le créneau occupé par les courses de Zermatt est totalement favorable. Ça viendra après l’ouverture de la saison pour les techniciens et avant la tournée en Amérique du Nord. Le timing est parfait. » La courtoisie règne.

« Si on n’était pas candidat à l’organisation des Championnats du monde je serais moins positif. » Marius Robyr

Les nouvelles courses au départ du Haut-Valais sont perçues comme un atout pour tout le canton et non pas comme une concurrence pour les aspirations de Veysonnaz. Même son de cloche à Crans-Montana. « Si on n’était pas candidat à l’organisation des Championnats du monde je serais moins positif, lance Marius Robyr. Les courses de Zermatt sont hors-catégorie. C’est un vrai plus à ce moment de la saison. »

Rester à l’affut

Veysonnaz et Crans-Montana partagent le même créneau : celui de la réactivité. Les épreuves féminines ainsi que la candidature pour les Mondiaux 2027 donnent à Marius Robyr et à son comité d’organisation certaines garanties. « Chaque année ou presque, le patron du ski masculin me demande si on est prêt à reprendre telle ou telle course en remplacement. C’est là qu’on doit être bon. Et comme vraisemblablement on aura les Mondiaux, on devrait avoir des finales et donc des courses masculines.»

« On a la chance d’avoir un terrain qui se prête à toutes les disciplines. » Jean-Édouard Fragnière

Pour ce qui est de la piste de l’Ours, à défaut d’avoir pu surfer sur sa renommée des années 90, elle peut se targuer d’être aux normes et d’avoir dans son giron toutes les compétences nécessaires pour sauter sur une éventuelle occasion. « On a la chance d’avoir un terrain qui se prête à toutes les disciplines, valide Jean-Édouard Fragnière. » A Veysonnaz, on pense surtout à d’autres projets promus par la FIS dans l’optique du développement du ski alpin. « On a une piste qui irait aussi pour les disciplines techniques, reprend le directeur de l’ESS&S Veysonnaz. La FIS planche notamment sur des épreuves nocturnes. On a un dossier pour avoir un éclairage de notre site et on espère, via Swiss Ski et la Confédération, obtenir des financements pour cela. »

Une chose est certaine, le Valais sera toujours à l’honneur ces prochaines saisons. Crans-Montana dispose de sa place dans le calendrier féminin, tandis que Zermatt fera son entrée par la grande porte avec des épreuves de vitesse hommes et dames, soit l’an prochain, soit en 2023.

HDC
Thèmes liés à l'article
Ski alpinSwiss SkiFISZermatt
Catégories