Y a pas d'apéro à Pékin ! Témoignage

Christophe Moreillon ©Rhône FM
Témoignage
L'équipe d'animation
de Rhône FM

Malgré la beauté du sport, notre envoyé spécial à Pékin se réjouit de rentrer en Valais pour retrouver sa liberté et l'apéro. Les conditions de travail sur place sont très contrôlées. Impossible de sortir du périmètre autorisé ou de faire du tourisme pour raison de sécurité sanitaire.

Ce n'est pas une légende, les conditions de travail durant les JO de Pékin sont très contrôlées. Notre envoyé spécial à Pékin, Christophe Moreillon, nous explique dans "A vous les studios" que les journalistes sportifs sont comme dans une bulle hermétique. Il leur est impossible de sortir du périmètre olympique ou de faire du tourisme.

Sentiment d'être emprisonné?

A cette question, la réponse est toutefois non. Christophe Moreillon se concentre sur la beauté de cet événement sportif qui lui confère un bel arc-en-ciel d'émotions. Pour se rendre sur les lieux de compétition, les reporters doivent prendre des bus organisés exprès pour eux et ne peuvent en aucun cas faire les trajets à pieds pour se dégourdir les jambes. Le centre névralgique est l'espace de presse où tout le monde se rejoint et d'où partent tous les transports pour les différents sites de compétition.

Frustration de ne pas pouvoir en faire plus

L'organisation très stricte et contrôlée de ces transports est tout de même frustrante pour Christophe Moreillon. Ces conditions l'empêchent de travailler comme il l'aurait souhaité. Il se sent comme pris en otage. Il nous donne l'exemple incongru d'un déplacement en bus qui lui a pris 25 minutes, alors qu'à pied il aurait mis 5 minutes à faire le même trajet. Une perte de temps importante qui a tendance à faire enrager les journalistes sur place.

Moment de liesse ?

Malgré ces nombreuses restrictions, les journalistes célèbrent comme ils le peuvent les victoires remportées par les Suisses. Car dans les gradins des stades, ce ne sont pas des supporters du monde entier qui se retrouvent, mais uniquement des invités chinois. L'ambiance n'est donc pas des plus festives.

Relations avec les bénévoles chinois

Les bénévoles chinois sont très sympathiques et arrangeants même s'ils ne parlent pas tous anglais et que parfois la communication est ardue. Une situation qui poussent les journalistes à s'entraider et qui créer des liens.

L'entretien complet à à écouter ci-dessous:

Audios liés:

A vous les studios à Pékin
Thèmes liés à l'article
JO de PékinSportChristophe Moreillon
Catégories
Les articles les plus lus