Vaud ouvre un deuxième foyer pour les femmes victimes de violences

Les conseillères d'Etat Rebecca Ruiz et Nuria Gorrite ont visité le centre encore en chantier. ©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO
Violences dom..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le canton de Vaud va ouvrir en mai un deuxième foyer destiné aux femmes victimes de violences domestiques. Cette nouvelle structure à Morges (VD) permettra de garantir une prise en charge immédiate, le Centre Malley Prairie (CMP) à Lausanne affichant souvent complet.

Le foyer de Morges, situé près du centre-ville, offrira dix places d'hébergement - dont une pour les urgences -, en plus des 24 places disponibles à Lausanne. "Cela permettra de désengorger le Centre Malley Prairie", a expliqué jeudi la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz.

Le nombre de victimes qui doivent se mettre en sécurité reste élevé dans le canton: environ 150 femmes chaque année. "La police vaudoise intervient en moyenne quatre fois par jour pour des motifs de violences domestiques. Il faut prendre la mesure de ce chiffre", a martelé Nuria Gorrite, la présidente du Conseil d'Etat.

Plan de lutte

Il y a une dizaine d'années, le canton a posé les bases de son plan de lutte contre ces violences. Il a instauré dès 2015 le principe de "qui frappe part", ordonnant l'expulsion du foyer de l'auteur des violences, un "vrai changement de paradigme". En 2021, plus de 400 auteurs de violences ont ainsi été éloignés de leur victime.

Le canton a ensuite renforcé la prise en charge de l'auteur expulsé, qui doit désormais se soumettre à au moins un entretien socio-éducatif. Mais le besoin en places d'hébergement pour les victimes - très souvent des femmes - n'a pas faibli.

Craintes

"Les femmes redoutent le retour au logement, elles ont besoin d'encadrement. De plus, la durée des hébergements s'est allongée, en raison de la complexité des situations et de la difficulté à trouver des logements pérennes", a relevé Mme Gorrite.

En 2021, le Centre Malley Prairie a hébergé 152 femmes et 118 enfants. La durée moyenne de séjour était de 55 jours. Le foyer, qui dispose d'une équipe d'intervenants sociaux et de psychologues, a accordé un soutien ambulatoire à 1257 femmes et 28 hommes en 2020.

Antenne à Morges

L'antenne de Morges, plus petite, propose les mêmes prestations que le CMP, dont elle dépend. Le futur centre - baptisé provisoirement "Le Tuliper" - hébergera des femmes majeures victimes de violences, sans enfants. Le bâtiment, qui est propriété de l'Etat, offre un endroit facile d'accès et sécurisé. Le coût des travaux avoisine les 950'000 francs, a indiqué Mme Ruiz.

"Nous allons y appliquer le riche savoir-faire développé depuis 40 ans au CMP à Lausanne. Et aussi y amener des prestations nouvelles, comme un programme de prévention dans le district de Morges", a expliqué Jacques Baud, futur responsable du foyer. Des soirées et des ateliers spécifiques y seront organisés.

ATS