Vague de chaleur précoce en Californie: des feux et des évacuations

Plus de 10'000 km2 de végétation ont brûlé l'an dernier en Californie, la deuxième pire année de l'histoire (archives). ©KEYSTONE/AP/Kent Porter
Etats-Unis
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Une vague de chaleur hivernale régnait jeudi sur une partie de la Californie, risquant d'aggraver une sécheresse déjà chronique. Elle fait redouter une saison des incendies particulièrement précoce cette année.

Attisé par des vents chauds et un taux d'humidité très bas, un feu s'est déclaré avant l'aube dans les collines surplombant la ville balnéaire chic de Laguna Beach, au sud de Los Angeles. Des ordres d'évacuation ont été donnés dans certains quartiers.

L'incendie, combattu par plus de 200 pompiers aidés d'engins bombardiers d'eau, avait déjà parcouru près de 60 hectares à la mi-journée, mais ne progressait pas vers les habitations.

En Californie du Sud, les services météorologiques avaient lancé une alerte concernant ces chaleurs inhabituelles, avec des températures qui pourraient dépasser 32 degrés Celsius en différents points de la région.

Ces températures hors de saison, supérieures en moyenne de 10 degrés par rapport aux normales saisonnières, devraient perdurer jusqu'à dimanche, jour de la finale du championnat de football américain organisée à Los Angeles.

28,3 degrés près de San Francisco

"En ce moment, vous avez ce système de hautes pressions et des conditions plus sèches à la surface [...] Et aussi nous vivons sur une planète dont nous avons réchauffé le climat. Donc, rien que d'un point de vue purement statistique, nous allons assister à une augmentation des records", relève Justin Mankin, spécialiste du climat à l'université américaine de Darmouth.

Cette chaleur hors de saison s'étend aussi plus au nord, dans la région de San Francisco par exemple, où plusieurs records de chaleur ont été battus pour un 9 février, avec 28,3 degrés enregistrés à Salinas contre 27,2 degrés quatre ans plus tôt.

L'espoir d'enrayer un cycle de sécheresse chronique qu'avaient suscité à la fin décembre des chutes de neige spectaculaires sur les sommets californiens n'aura pas duré. Un laboratoire de l'Université de Berkeley, spécialisé dans l'étude de la neige sur la Sierra Nevada centrale, relevait mercredi un triste record: "La plus longue période hivernale sans aucune précipitation", avec 32 jours secs consécutifs.

"Ce qui empêche les incendies, c'est la pluie, les précipitations. Et ce genre de phénomène de chaleur tend à suggérer qu'il y a un risque d'avoir un début très précoce à la saison des feux de forêt en Californie", estime Justin Mankin. "C'en est presque au point où on a l'impression que cette saison ne finit jamais".

ATS
Les articles les plus lus