Une exposition fait plonger les jeunes dans une famille victime de violences domestiques

Une exposition itinérante sur les violences domestiques débarque en Valais. ©"Plus fort que la violence"
Violences
Didier Morard
Journaliste

Les violences domestiques représentent une intervention de police par jour en Valais. Pour sensibiliser les jeunes à cette problématique, une exposition itinérante sillonnera les villes du canton jusqu'en février 2022.

Plonger dans le quotidien d'une famille concernée par les violences domestiques : c'est l'objectif de l'exposition itinérante intitulée "plus fort que la violence." Lancée par les cantons romands, l'exposition – destinée en priorité aux élèves des écoles du secondaire II – débarque en Valais d'ici la fin du mois. Elle fera halte à Brigue du 25 octobre au 9 novembre, du 12 novembre au 2 décembre à Sierre, du 6 au 23 décembre à Monthey, du 10 janvier au 3 février à Sion et du 7 au 24 février à Martigny. Les écoles sont invitées à s'inscrire pour visiter cette exposition, les enfants et adolescents étant particulièrement susceptibles d'être confrontés au cours de leur vie à la violence domestique. Et l'objectif de la sensibilisation est d'éviter le phénomène de répétition et de banalisation de la violence. "Lorsqu'on a été confronté à la violence, on risque de la reproduire plus tard", rappelle Isabelle Darbellay-Métrailler, cheffe de l'Office cantonal de l'égalité et de la famille (OCEF).

Une intervention par jour en Valais

Cette exposition s'inscrit dans le cadre de la lutte contre les violences domestiques, menée depuis plusieurs années par l'OCEF. "Le Valais dispose d'une loi cantonale sur les violences domestiques depuis 2017 et a établi son propre plan d'action", indique Isabelle Darbellay-Métrailler. En Suisse, une femme sur cinq affirme avoir été maltraitée physiquement ou sexuellement au cours de sa vie de couple. Le Valais suit la même tendance.

"En Valais, la police intervient une fois par jour pour des violences domestiques."Isabelle Darbellay-Métrailler, cheffe de l'Office cantonal de l'égalité et de la famille

Les violences domestiques – au-delà des impacts sur la santé et la qualité de vie des victimes – coûtent cher à la société : entre 164 et 287 millions de francs de coûts directs par année.

DM
Thèmes liés à l'article
Les articles les plus lus