Une 26ème édition et un tout nouveau comité pour le Raid Evolénard

Raid Evolénard ©Raid Evolénard
VTT
Christophe Moreillon
Journaliste sportif

Les amateurs de VTT ont rendez-vous dans le Val d’Hérens ce week-end. Au programme: la 26ème édition du Raid Evolénard, la première d’un tout nouveau comité.

Le Val d’Hérens vivra au rythme du VTT ce week-end à l’occasion de la 26ème édition du Raid Evolénard. Un événement qui fait partie du patrimoine de la région et qui s’est imposé, au fil des ans, comme l’une des épreuves phares de la discipline. Une épreuve qui vit un tournant avec un comité qui a pratiquement intégralement fait peau neuve cette année.

Plusieurs motifs pour débuter un nouveau cycle

«Plusieurs facteurs expliquent ce changement à la tête de la manifestation», affirme Bérénice George, nouvelle co-présidente du comité d’organisation. «La dernière édition était la 25ème. C’est un beau chiffre et la question a été posée de s’arrêter là. En plus, l’an dernier, les championnats d’Europe étaient organisés dans le cadre de notre événement. C’était le fruit de plusieurs années d’un travail qui a inévitablement fatigué le comité précédent. Et puis, évidemment, «l’effet covid» n’a pas arrangé les choses…»

«Le Raid Evolénard, c’est une légende qui a toujours fait partie de ma vie.»Bérénice George - co-présidente du comité d'organisation

Une bonne partie des organisateurs ont donc décidé de remettre leur tablier. D’autres sont restés et une bonne partie de nouveaux visages sont arrivés. «La motivation à reprendre le flambeau était évidente: il fallait faire perdurer cette course qui est un beau succès chaque année.» Pour Bérénice George, la motivation était d’autant plus grande que le Raid Evolénard est une sorte de tradition familiale. «Mon oncle est bénévole depuis plusieurs années, mon grand-père participait aux ravitaillements donc cette épreuve, c’est une légende qui a toujours fait partie de ma vie.»

Suivre les traces du comité précédent

Une fois le nouveau comité nommé, il lui a fallu relever les défis qui se posaient à lui pour la mise sur pied de cette 26ème édition. «Le principal d’entre eux, c’était de suivre les traces de nos prédécesseurs», poursuit la co-présidente. «Certains avaient une expérience de très longue durée. Ils avaient tissé des contacts. Des bénévoles venaient sur l’événement spécialement pour eux. Il a donc fallu convaincre ces derniers de continuer à s’engager malgré le changement de comité. À nous de prouver à tout le monde que les choses continueront à marcher comme dans le passé.»

«Que ce soit les organisateurs, les bénévoles, les coureurs et même le village dans son ensemble, tout le monde se réjouit de se retrouver!»Bérénice George - co-présidente du comité d'organisation

Ce week-end, le Raid Evolénard vivra donc sa première édition sous l’égide de ce nouveau comité. Une édition qui sera surtout celle du retour à la normale après les années de pandémie. «On ressent le besoin de revivre un événement social. Que ce soit les organisateurs, les bénévoles, les coureurs et même le village dans son ensemble, tout le monde se réjouit de se retrouver!» Pour renouer avec ce côté festif qui a fait le succès de la manifestation dans le passé, plusieurs animations seront organisées tout au long du week-end, pour les jeunes et les moins jeunes.

Objectif: 600 participants

Si Bérénice George et son équipe n’ont pas souhaité chambouler le programme par rapport aux dernières éditions – «on ne change pas une recette qui marche» - une nouveauté fait quand même son apparition: la possibilité de parcourir l’épreuve reine de 62 kilomètres en relais de deux coureurs. Outre cette distance, deux autres tracés seront toujours proposés: l’un de 35 et l’autre de 24 kilomètres. «On vise les 600 participants, soit une fréquentation similaire aux éditions d’avant-covid.»

«La météo nous garanti une belle fête sous le soleil. Et on espère que la canicule fera marcher les cantines.»  Bérénice George - co-présidente du comité d'organisation

Alors que Bérénice George se refuse à citer un favori – «je ne suis pas la cycliste de l’équipe», sourit-elle – évoquons tout de même Urs Huber. Vainqueur en 2016, 2018 et 2019, il a l’occasion de devenir le recordman de victoires sur l’épreuve en devançant Alexandre Moos et ses trois succès. Pour y parvenir, le Bernois devra, tout comme ses adversaires, faire avec les températures caniculaires prévues dimanche. «Les participants du Raid Evolénard ont l’habitude d’évoluer dans des conditions extrêmes. Certaines éditions ont eu lieu sous la neige, cette fois ce sera avec ces fortes chaleurs. Mais quoiqu’il en soit, la météo annoncée nous garanti d’avoir droit à une belle fête, sous le soleil. Et on espère que ça fera marcher les cantines», se marre la Valaisanne.

Une vraie plus-value l’an dernier

Cette année, le Raid Evolénard se déclinera sous sa forme traditionnelle, plus «locale» que l’an dernier lors des championnats d’Europe. «Cette édition 2021 nous a apporté une forte visibilité. C’était une vraie plus-value pour la région et pour notre course puisque de nombreux coureurs venant de l’étranger sont repartis avec le sourire et ont certainement fait la promotion de notre événement chez eux.» De là à imaginer le Raid Evolénard «relancer la machine de l’international» à l’avenir? «Je pense qu’avant toute chose, le nouveau comité a besoin de prendre ses marques. On verra d’ici plusieurs années si on a le courage d’emboîter le pas de nos prédécesseurs que l’on admire beaucoup. Encore une fois, organiser des championnats d’Europe, c’est faire preuve d’une grande endurance.»

De l’endurance, il en faudra à coup sûr aux participants de la 26ème édition du Raid Evolénard. Après la journée consacrée aux enfants samedi, c’est dimanche qu’auront lieu les choses sérieuses.

CM
Catégories
Les articles les plus lus