Un vinyle avec des morceaux inédits entièrement chantés en patois: le projet de Luc Monsciani

Les patoisants de Chamoson se sont mués en choristes pour ce projet
Patrimoine
Oriane Binggeli
Journaliste RP

Mettre en valeur le dialecte patois par le biais de la musique. C’est le projet insolite de l’artiste musicien Luc Monsciani. Le Chamosard d’adoption donne vie à deux morceaux inédits, entièrement chantés en patois local et gravés sur vinyle.

Un bout d’histoire et de patrimoine local s’apprête à être immortalisé sur vinyle. A Chamoson, l’artiste, musicien et Chamosard d’adoption Luc Monsciani donne vie à deux morceaux inédits, entièrement écrits et chantés en patois de la région. Son but : mettre en valeur un héritage qui se perd, par le biais de la musique. "Tout comme le vin ou la montagne, le patois fait partie de l'identité de ce village que j'aime". 

La vigne et la montagne

Les textes ont donc été entièrement écrits par l’artiste, avec l’aide de la société des patoisants de Chamoson et du lexique mis en place par l’association. 

Le premier morceau, Bona ni Tzamozon, remercie les vignerons pour leur travail de la terre au quotidien. Le second, E pouaye, nous parle de montagne et d'une cabane en particulier. "Ce sont les deux thématiques qui possèdent le plus grand choix de vocabulaire", admet Luc Monsciani. "Je me suis donc inspiré de quelques termes et phrases que j'ai trouvés, puis j'ai construit mes morceaux en collaboration avec les patoisants de Chamoson."

100% chamosard ou presque

Ses textes terminés, il fallait ensuite les mettre en musique. "N'étant pas moi-même patoisant, j'ai du prendre quelques leçons pour perfectionner mon accent", sourit Luc Monsciani. L'artiste s'est ensuite entouré d'amis, de musiciens et de connaissances pour concrétiser le projet. "A l'exception du studio d'enregistrement, tout a été fait entre Chamosards", insiste-t-il.

La sortie de ce 45 tours est prévue le 3 septembre, à l’occasion de la réunion cantonale des patoisants valaisans. Il faudra se presser pour y obtenir un exemplaire, 50 pièces seulement y seront proposées. Mais d’autres tirages devraient suivre en cas de succès. Voire peut-être d’autres morceaux espère Luc Monsciani. "Les personnes qui ont participé à ce projet sont en tout cas toutes très motivées à ce qu'il y ait une suite à tout ça et j'ai été soutenu par plusieurs sociétés et associations."

Rencontre en musique à écouter ci-dessous: 

"L'idée, c'était de promouvoir l'utilisation du patois, qui malheureusement se perd un peu"
OB
Thèmes liés à l'article
PatoisChamosonculture
Catégories