Un postulat demande l'interdiction des thérapies de conversion en Valais

A Genève, les militants LGBTIQ+ ont exprimé leurs revendications en dansant, en applaudissant et accompagnés parfois au son des klaxons. ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Grand Conseil
Didier Morard
Journaliste

Le Grand Conseil valaisan se penchera lors de sa session de décembre sur un postulat qui demande l'interdiction des thérapies de conversion en Valais.

Les thérapies de conversion pourraient-elles être interdites en Valais ? Un postulat interpartis demande au Conseil d'Etat de dresser un état des lieux en la matière et de proposer une modification législative afin d'interdire ces pratiques qui visent à modifier l'orientation sexuelle et affective ou l'identité de genre d'une personne. Selon les postulants, ces pratiques n'atteignent rarement l'effet escompté et détruisent la vie psychique et sexuelle des personnes qui en sont la cible.

"Actes de torture"

Un rapport des Nations Unies de 2020 assimile les thérapies de conversion à des actes de torture et appelle à leur interdiction. L'Allemagne a récemment banni ces pratiques. Les députés valaisans – auteurs du postulat – craignent que le phénomène se soit déplacé en Suisse et donc en Valais après l'interdiction prononcée chez nos voisins allemands.

DM
Thèmes liés à l'article
LGBTQIA+Grand ConseilParlement
Catégories