Un navire suisse a pu quitter le Nigeria après 4 ans de blocage

Les services du chef de la diplomatie suisse Ignazio Cassis annoncent le succès de négociations qui ont duré quatre ans (Photo d'archives). ©KEYSTONE/PETER KLAUNZER
Transport mar..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le "San Padre Pio", un pétrolier battant pavillon suisse retenu depuis près de quatre ans par le Nigéria, a pu quitter ce pays le 8 décembre dernier. Le Département fédéral des affaires étrangères annonce samedi un succès de la diplomatie suisse.

Le navire est sorti de la zone économique exclusive du Nigéria et est en route vers le Togo, précise le DFAE dans un communiqué. Ce départ était prévu par l’accord signé entre la Suisse et le Nigéria en mai dernier stipulant la libération du bateau.

Selon le Mémorandum d’entente, il appartenait au Nigéria de libérer le navire et aux entreprises impliquées dans les opérations du "San Padre Pio" de prendre les mesures opérationnelles nécessaires, diverses réparations notamment, devant permettre le départ effectif du bateau, écrit encore le DFAE.

Ce Mémorandum a été signé à la suite d’importants efforts diplomatiques menés par le DFAE et le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche, en collaboration avec celui des finances. La libération du navire représente un "succès de la diplomatie suisse qui s’est fortement impliquée en vue de cette issue positive, qui marque la fin du différend qui opposait les deux pays", souligne le DFAE.

Le Nigeria reprochait au San Padre Pio et à son équipage d'avoir enfreint la législation locale en transportant du pétrole au large des côtes du Nigéria. A la suite de l'immobilisation du bateau, Berne avait notamment engagé une procédure judiciaire devant le Tribunal international du droit de la mer. Cette procédure pourra prendre fin, dès lors que le navire a été libéré.

La Suisse n'a pas eu à déposer la garantie financière de 14 millions de dollars (autant en francs) demandée en juillet 2019 par le Tribunal, avait précisé en mai un porte-parole du DFAE à Keystone-ATS. En cause: le refus du Nigéria de conduire des négociations en vue d'un contrat de garantie.

ATS
Les articles les plus lus
A la Une