Un avion avec à bord 133 personnes s'écrase en Chine

Plus de 130 passagers étaient transportés par ce Boeing-707 (archives). ©KEYSTONE/AP/BULLIT MARQUEZ
Chine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Un Boeing-737 avec à son bord 132 personnes s'est écrasé lundi dans le Sud de la Chine. Cet accident pourrait se révéler le plus meurtrier depuis 1994 dans ce pays où la sécurité aérienne s'est grandement améliorée.

L'appareil a "perdu le contact au-dessus de la ville de Wuzhou" dans la région montagneuse du Guangxi, a indiqué l'administration chinoise de l'avion civile (CAAC) sans fournir de bilan des victimes.

"Il est confirmé que ce vol s'est écrasé", a-t-elle ajouté dans un bref communiqué, précisant avoir dépêché "un groupe de travail" sur les lieux. L'avion transportait 123 passagers et 9 membres d'équipage.

Le président chinois Xi Jinping "sous le choc"

Le président chinois Xi Jinping s'est dit "sous le choc" après l'accident, a rapporté la télévision publique CCTV. Dans une inhabituelle réaction à chaud, l'homme fort de Pékin a appelé à "déterminer au plus vite les causes de l'accident", a indiqué la chaîne.

Selon les médias locaux, le vol MU5735 de China Eastern Airlines avait décollé peu après 13h00 locales de la métropole de Kunming (sud-ouest). Il avait pour destination Canton (sud), à quelque 1300 km. Aucun commentaire n'était immédiatement disponible auprès de China Eastern, qui a mis dans la foulée son site internet en noir et blanc.

L'avion est "complètement tombé en morceaux" après s'être encastré sur un flanc de montagne, a raconté un riverain à un média local.^L'accident a "provoqué un incendie" dans la montagne, a de son côté indiqué la télévision publique CCTV, ajoutant que des équipes de secours avaient été envoyées sur place.

Selon le site spécialisé FlightRadar24, l'appareil a perdu en l'espace de 3 minutes près de 26.000 pieds (7925 m) avant de disparaître des écrans radar après 14h22 locales.

Boeing plonge à la bourse

Cet accident a provoqué la chute des actions de Boeing. En milieu de matinée, elles avaient perdu 5,6% à 182,06 dollars. Le titre était le plus grand perdant du Dow Jones.

La baisse des actions Boeing reflétait également les craintes que le calendrier de livraison du MAX ne soit retardé alors que les autorités chinoises enquêtent sur l'accident de lundi.

Les livraisons de Boeing aux compagnies aériennes comptent lourdement dans le profil de revenus de l'entreprise, notaient les analystes. Un retard dans les livraisons chinoises pourrait également affecter les plans de Boeing visant à accélérer la fabrication du MAX.

L'avionneur n'a pas répondu directement aux questions de l'AFP sur la manière dont la catastrophe pourrait affecter les livraisons de MAX.

Accidents d'avion relativement rares

Les accidents d'avion sont relativement rares en Chine, un pays où le trafic aérien s'est considérablement développé ces dernières décennies et où les mesures de sécurité sont généralement strictes.

Le dernier accident majeur dans le pays remontait à août 2010. Un vol de la compagnie chinoise Henan Airlines s'était alors écrasé dans le nord-est du pays et avait fait une quarantaine de morts.

Le bilan le plus lourd pour un vol commercial date de 1994. Un Tupolev 154 de China Northwest Airlines s'était écrasé peu après son décollage de Xi'an (nord), tuant les 160 personnes à bord.

De très nombreux passagers chinois avaient par ailleurs péri en mars 2014 lors de la disparition énigmatique du vol MH370 de la Malaysian Airlines, à destination de Pékin.

Nouveau coup dur

La catastrophe aérienne de lundi est un nouveau coup dur pour Boeing en Chine. En mars 2019, le pays avait été le tout premier au monde à ordonner à ses compagnies de suspendre les vols des appareils 737 MAX pour des raisons de sécurité.

L'annonce avait fait suite à deux accidents en quelques mois à l'étranger, qui avaient fait 346 morts.

Près de trois ans après ces déboires, le régulateur chinois avait finalement levé en décembre dernier son interdiction de vol pour le Boeing 737 MAX. On ignore encore si ces appareils ont à nouveau repris leurs vols commerciaux en Chine. Cette décision était très attendue par Boeing, dont la Chine est un important marché.

Le régulateur conditionnait notamment le retour du 737 MAX dans le ciel chinois à des modifications techniques sur les avions, afin de garantir la sécurité des vols. La Chine a été le dernier grand pays à lever l'interdiction de vol pour cet appareil.

ATS