Trop de bulletins nuls provoqués par les étiquettes anti-fraude

L'Etat du Valais a lancé une campagne à 29'000 francs pour rappeler les bonnes pratiques en matière de vote par correspondance
Votations
Estelle Daven
Journaliste RP

Voter, coller et signer ! L’Etat du Valais a lancé une campagne à 29'000 francs en vue du prochain scrutin fédéral. Objectif : enrayer l'augmentation de bulletins nuls provoquée par les autocollants anti-fraude.

L’Etat du Valais fait campagne contre l’augmentation des bulletins nuls. Depuis l’introduction des étiquettes anti-fraude lors des votations du 13 juin, le taux de bulletins nuls ne cesse de grimper dans le canton. Alors qu’il tourne habituellement autour de 2%, il est passé à 3,5% le 13 juin, puis à 4,3% lors du scrutin du 26 septembre.

"Cela se résume en trois petits termes : votez, collez et signez"Maurice Chevrier, chef du service des affaires intérieures et communales

Cette hausse de bulletins nuls, ainsi que les fortes disparités constatées entre les communes ont poussé le canton à agir. 29'000 francs ont ainsi été alloués à une campagne d’information. "Nous avons transmis à chaque commune un constat individuel et des conseils. Il leur appartient ensuite de sensibiliser leurs habitants ou non", explique le chef du service des affaires intérieures et communales Maurice Chevrier. La campagne se décline également en un message diffusé dans les médias valaisans et sur les réseaux sociaux. "Pour rappeler les bonnes pratiques, trois petits termes suffisent : votez, collez ET signer !", insiste Maurice Chevrier.

À côté de cela, une légère baisse du taux de participation a été constatée entre le Valais et la moyenne nationale. En septembre par exemple, 51,5% des Valaisans avaient voté contre 52,2% au niveau Suisse. "On ne peut pas tirer des conclusions hâtives après deux scrutins. Il y a sans doute d’autres raisons que le nouveau système anti-fraude qui expliquent cela".

Bilan de l'opération d'ici la fin de l'année

Le canton tirera le bilan de cette opération au lendemain du scrutin du 28 novembre. S’il procèdera sans doute à quelques adaptations, pas question de baisser les bras : "Il faut faire preuve de patience et d’abnégation. Toute chose nouvelle nécessite son temps d’adaptation. Lors de l’introduction du vote par correspondance aussi il y avait eu une hausse du taux de bulletins nuls, mais ce serait aujourd’hui une hérésie de l’avoir abandonné", argumente le chef du service des affaires intérieures et communales.

Rappelons que ce système d’étiquettes autocollantes personnelles a été mis en place après la fraude électorale qui avait entaché les élections cantonales de mars 2017 dans le Haut-Valais. "Il faut se rappeler la genèse du projet. Ce mode de fonctionnement a en tout cas le mérite d’être efficace à 100% pour ce pour quoi il a été créé ", conclut Maurice Chevrier.

Catégories
Les articles les plus lus