Théo Berdayes : « Pour une première demi-saison dans le monde professionnel, c’est encourageant »

Yohann Roduit
Journaliste sportif stagiaire

Passé par les M21 du FC Sion, puis joueur de l’équipe première, Théo Berdayes évolue maintenant sous les couleurs d’Yverdon, pensionnaire de Challenge League. Prêté depuis cet été pour un an dans le canton de Vaud, il revient sur cette première partie de saison avec sa nouvelle équipe.

Théo Berdayes vit un nouveau défi depuis quelques mois dans le canton de Vaud. En manque de temps de jeu l’année dernière avec la première équipe du FC Sion, l’avant-centre de vingt ans a été prêté cet été à Yverdon, actuel troisième de Challenge League. Après avoir évolué dans les deux meilleures divisions Suisses, le Chablaisien revient sur les différences entre ces deux ligues : « En premier lieu, c’est l’engouement qui change. En Super League, il a plus de supporters qui viennent voir les matchs. Il y a une plus grande ferveur », explique-t-il. « Au niveau du jeu, la Challenge League est plus physique. Peu d’équipes ont le même style de jeu. Par exemple, des formations comme Vaduz vont effectuer un gros pressing alors que Wil explosera plus en contre-attaque. C’est aussi ça qui fait la beauté de ce championnat. En Super League, c’est plus tactique à mon sens et il y a plus de jeu. »

Intégration

Quand un joueur est transféré, on entend très souvent qu’un temps d’adaptation est nécessaire. Une période importante qui permet de s’acclimater à son nouveau contexte. Le natif de Saint-Maurice a lui aussi du passer par cette étape. Une étape qui s’est bien déroulée : « Lorsque que je suis arrivé, il y avait déjà deux autres valaisans dans cette équipe, Sandro Theler et Mauro Rodrigues. J’ai pu compter sur eux et ça m’a beaucoup aidé », dit-il. « Le groupe est aussi très sain. Il n’y a pas d’égo et on a un bon mixte entre les jeunes et les plus âgés. Il y a aussi des joueurs comme Anthony Sautier ou le capitaine William Le Pogam qui apportent de la bonne humeur dans le vestiaire. » Un élément important dans une équipe pour performer le week-end. « Savoir que je joue dans une équipe qui compte sur moi, ça m’enlève beaucoup de pression et ça me permet de jouer plus librement. Tous ces éléments permettent aussi d’aller à l’entraînement avec plus de sérénité et de confiance. Je pense que c’est la meilleure atmosphère possible pour travailler. »

 « Je suis content de mon premier tour. Je suis monté crescendo. »Théo Berdayes

D’abord remplaçant, il a peu à peu gagné sa place de titulaire. Auteur de quatre buts en dix-sept rencontres, Théo Berdayes est plutôt satisfait de sa première moitié de saison. « Je suis content de mon premier tour. Je suis monté crescendo. Pour une première demi-saison dans le monde professionnel, c’est encourageant », affirme le Valaisan. « On est troisième à deux points de la première place et j’ai réussi à être décisif à quelques reprises. J’aurai quand-même pu mettre deux ou trois buts supplémentaires, mais globalement, je suis satisfait de ce premier tour. » Un premier tour qui vient tout juste de se terminer et qui permettra aux joueurs de se reposer. « Physiquement, on est fatigué mais c’est surtout mentalement que ça va faire du bien. Ce premier tour a été long », déclare-t-il. « Cette coupure est importante. On va pouvoir passer du temps avec nos proches, d’autant plus qu’on s’approche des fêtes et de Noël. Finalement, on aura presque un mois pour bien récupérer et repartir pour cette année 2023. »

« Il ne faut pas non plus qu’on se brule les ailes. »Théo Berdayes

Dix-huit matchs, trente-deux points et une troisième place provisoire de Challenge League, voilà où se situe cette équipe d’Yverdon. Alors que Wil, premier de ce championnat, ne compte que deux points d’avance sur son équipe, Théo Berdayes préfère rester prudent pour cette deuxième partie de championnat : « Le deuxième tour sera un championnat complètement différent », affirme-t-il. « Des équipes comme Lausanne, Aarau ou Thoune qui sont habituées à jouer en Super League vont se renforcer pour remonter. Il ne faut pas oublier que cette année, trois équipes pourraient faire la promotion. » Malgré tout cela, le Valaisan de vingt ans espère que son équipe pourra continuer sur sa lancée du premier tour. « On a un bon coup à jouer. On a quatre points d’avance sur le quatrième, et on est tout proche de la première place. Si on continue sur la même dynamique que durant ces dix-huit premiers matchs, pourquoi ne pas accrocher la place de barragiste ou même faire une accession directe en Super League. Maintenant, il ne faut pas non plus qu’on se brule les ailes. »

« Pablo Iglesias, le directeur du football du FC Sion, vient souvent voir nos matchs à Yverdon. »Théo Berdayes

Prêté depuis cet été pour un an par le FC Sion, Théo Berdayes doit encore jouer six mois avec Yverdon. Après quoi, il devra prendre une décision. Son avenir se dessinera-t-il du côté du Valais ? « Honnêtement, je ne me suis pas encore posé la question. Que ça soit avec le FC Sion ou Yverdon, pour le moment on ne s’est pas réuni autour de la table », explique le Chablaisien. « Je pense qu’il faut avant tout laisser cette saison se terminer avant de penser à la prochaine. De mon côté, je veux surtout jouer et prendre du plaisir sur le terrain. » Même s’il n’a pas encore fait de choix quant à son avenir, il reste néanmoins en contact avec le club valaisan. « Pablo Iglesias, le directeur du football du FC Sion, vient souvent voir nos matchs à Yverdon. Je suis en contact assez régulier avec lui mais aussi avec mes anciens partenaires des moins de vingt et un ans ou en première équipe. »

La reprise du championnat pour Theo Berdayes et son équipe, est prévue le 29 janvier sur la pelouse de Bellinzone, actuel 6ème de Challenge League.

YR
Thèmes liés à l'article
Catégories