Tapis de ski à Saillon: un nouvel allié pour les athlètes suisses?

Tanguy Nef ©Rhône FM
Ski
Christophe Moreillon
Journaliste sportif

Il y a de quoi être intrigué. Depuis le début 2021, il est possible de skier en plaine, à Saillon. Sous les lattes, pas de neige mais un tapis. Un concept inédit, testé et approuvé par quelques-uns des meilleurs athlètes du pays.

Il faut imaginer le décor. On se trouve au milieu de la plaine. À Saillon. Dans une halle. Là, pas de piste comme sur les sommets environnants mais un tapis roulant. Cinq mètres de large, neuf de long. Un tapis sur lequel on ne monte pas avec des chaussures de course aux pieds mais bien avec des lattes. Un concept novateur. Une première en Suisse.

«Lancer cette aventure en pleine période de pandémie était une petite folie mais il y avait quelque chose à faire, un créneau à utiliser.»Laurence Buchard, directrice de la Loco Ski Academy

Ex-membre du cadre B de Swiss Ski, Laurence Buchard est la maîtresse des lieux. C’est elle qui, entourée de sa famille, a inauguré cette Loco Ski Academy au début de l’année dernière. «Lancer cette aventure en pleine période de pandémie était une petite folie…mais j’ai un mari entrepreneur. Rien ne lui fait peur!», sourit la Valaisanne. Ce projet répondait selon elle à une certaine demande. «Nos compétiteurs allaient sur des tapis à l’étranger, notamment en France. Il y avait donc quelque chose à faire, un créneau à utiliser chez nous.»

Un tapis qui s’adapte au niveau de chacun

Concrètement, cette installation indoor est humidifiée pour permettre aux skis de glisser. Elle se différencie des machines de course par sa pente. Une pente réglable - tout comme sa vitesse - au niveau de chacun. Car oui, si les enfants et les débutants en profitent apprendre les rudiments de la pratique avant de rejoindre les pistes, les skieurs aguerris y ont tout loisir de parfaire leur technique. «Cela nous permet de travailler plus en volume des mouvements basiques mais ô combien importants de notre sport», relève Tanguy Nef, membre de l’équipe de suisse de slalom.

«J’ai prévu de venir sur ce tapis une dizaine de fois durant l’été. Cela m’assure d’avoir une dizaine d’heures d’entraînement dans la poche.»Tanguy Nef

Désormais établi au Châble, l’athlète genevois est l’un des parrains de la Loco Ski Academy. Pour lui, c’est clair: cette activité peut – ou doit – être intégrée à la préparation des skieurs de haut niveau. «J’ai prévu d’y venir une dizaine de fois durant l’été. Cela m’assure d’avoir une dizaine d’heures d’entraînement dans la poche. C’est la principale différence avec le ski «traditionnel». En une heure ici, on skie une heure. Sur les glaciers, avec l’attente pour les remontées, on ne le fait peut-être que quinze minutes. C’est vraiment quelque chose de très intéressant en terme de quantité de travail.»  

Plus difficile sur le tapis que sur la neige

Tanguy Nef n’est d’ailleurs pas le seul athlète à fréquenter la halle saillonintze. «Tous mes coéquipiers de l’équipe de slalom le font aussi», explique-t-il. Le Genevois ne cache pas que les sensations ne sont pas tout à fait les mêmes sur un tapis roulant que sur la neige. «Je dirais même que c’est plus difficile ici. Pour un débutant, acquérir les bons mouvements ici ne peut qu’être un plus au moment d’aller sur la neige. Et pour nous, c’est l’occasion de faire un réel travail physique tout en gardant un certain feeling avec nos skis. C’est sympa de voir autre chose que les salles de fitness.»

«Peut-être que l’on gagnera plus facilement Kitzbühel grâce à ça!»Tanguy Nef

À l’heure où la Coupe du Monde de slalom connaît une rare densité, avec des écarts infimes entre chaque skieur, cette nouvelle offre pourrait-elle devenir un atout des Suisses à l’avenir? «Peut-être que l’on gagnera plus facilement Kitzbühel grâce à ça», sourit Tanguy Nef. «On aurait en tout cas tort de se priver d’en profiter puisque de tels tapis existent déjà dans d’autres pays. Après, en termes de résultat, je pense que cela dépendra de chacun. Chaque athlète apprécie différemment cette pratique en indoor.»

Bien se préparer pour atteindre ses objectifs

Pour sa part, le Genevois l’a donc adoptée. Les prochains mois – voire les prochaines années – nous diront réellement quels sont les apports de ces séances d’entraînement sur tapis. «Ma priorité à l’heure actuelle, c’est de corriger mes erreurs de l’hiver dernier», affirme-t-il lorsqu'on l'interroge sur ses futurs objectifs. «J’ai régulièrement été bon en première manche avant de disparaître sur les seconds tracés. À moi de bien me préparer physiquement pour atteindre des résultats qui correspondent à mes attentes et mes capacités. Tout en gardant le plaisir et la santé car ce sont mes deux moteurs depuis le début.»

Des débuts prometteurs pour la Loco Ski Academy
La Loco Ski Academy a été inaugurée en février 2021, en pleine période de crise sanitaire. À l’époque, l’incertitude était le maître-mot de la société. Cela n’a pas freiné Laurence Buchard et sa famille dans ce projet. Près d’un an et demi plus tard, la directrice ne regrette aucunement de s’être lancée. Depuis l’inauguration, la clientèle répond présent et elle devrait encore croitre à l’avenir.
«L’année 2021 a été un très joli succès.»
CM
Thèmes liés à l'article
SkiSaillonTanguy Nef
Catégories
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
CloserTALISCO