Synature: un nouveau dispositif pour localiser les loups, en un temps record

Diana-Alice Ramsauer
Journaliste RP

Une startup valdo-bernoise lance un nouveau dispositif de détection rapide du loup: un micro intelligent permettant de suivre le canidé à la trace et de le cartographier sur logiciel . L’objectif revendiqué : assurer une meilleure coexistence entre l’animal et l’humain.

Leur objectif est de faire coexister le loup et l’humain. Pour parvenir à une relation pacifiée, les fondateurs de la startup Synature ont développé un micro intelligent permettant de suivre le loup, presque à la trace. Les données sont ensuite envoyées à un logiciel pour dessiner une carte détaillée. La petite société a été créée il y a six mois. Elle évolue sur les campus de l’université de Berne et à l’EPFL.

Leur dispositif est un pas de plus dans le développement du monitoring du loup. Actuellement, la cartographie au travers de micros existe déjà: «Six cantons, dont le Valais, utilisent déjà la bioacoustique. Quand cela a été introduit, c’était une étape importante, analyse Stefan Suter, biologiste et consultant pour la startup. Cela permet d’enregistrer les hurlements des loups et de définir s’il a des portées, par exemple.»

Le Cloud plutôt que les mollets

L’envoi des données depuis le terrain n’est pourtant pas automatisé. «C’est là que nous pouvons apporter une plus-value», explique Miya Ferrisse co-fondatrice de Synature. Fini pour les garde-faune de devoir parcourir des kilomètres pour aller chercher les données enregistrées sur des cartes SD. L’information arrive tous les matins directement sur un logiciel grâce au Cloud.

«Nous nous sommes intéressés au loup car la problématique en Suisse est très présente, très polarisée, remarque l’étudiante à l’EPFL. Il y a un réel besoin de savoir comment elle va évoluer dans le futur puisqu’on le voit, elle augmente. L’idée est d’avoir des données pour prendre les bonnes décisions en connaissance de cause.» Les quatre membres de la startup sont des passionnés de nature, ils souhaitent donc participer à une meilleure appréhension de la problématique. 

Des essais «encourageants» à Glaris

Actuellement, la startup en est à son deuxième prototype et elle prépare le troisième. Synature affirme avoir enregistré des résultats encourageants cet été dans le canton de Glaris. «On savait déjà qu’il y avait une meute de loups très présente. Mais grâce à nos essais, on a été capable de savoir où les différents individus se trouvaient et s’il y avait eu des portées.»

«Quand les loups chassent, ils le font en silence. Nos micros ne détectent alors rien de spécial.»

Stefan Suter, biologiste, consultant pour Synature et patron de WildLife Solution qui a développé l'algorithme de reconnaissance des hurlements du loup pour la startup

Reste que ce logiciel n’est pour l’instant pas destiné aux privés ou aux agriculteurs de montagne qui voudraient se prémunir des attaques du loup. Le système reste cantonné à des fins scientifiques pour une meilleure appréhension de la problématique. «C’est sûr, c’est là où il y a les dégâts, relève le biologiste à la tête de l'entreprise WildLifeSolution, Stefan Suter. Mais quand les loups chassent, ils le font en silence. Nos micros ne détectent alors rien de spécial.» Difficile donc pour l’instant d’imaginer une application «grand-public» qui notifierait les bergers de la présence d’un loup à proximité. D’autant que la bête peut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres en une nuit.

dar
Thèmes liés à l'article
Catégories