Sur des maladies rares, ELA s’est fait un nom planétaire. ELA reprend aussi des couleurs en Valais

La campagne du 9 juin est internationale ©ela
Solidarité
Christian Hermann
Rédacteur en chef adjoint

La pandémie a laissé des traces un peu partout mais notamment dans les actions de soutien nécessaires à la survie d’associations. Exemple avec Ela, dans le registre des maladies rares, qui, enfin, peut envisager de relancer la machine : ce sera le 9 juin et le Valais s’engage toujours.

Après la parenthèse covid, les associations relancent une par une, leurs manifestations de soutien. Car elles sont nombreuses à avoir été privée de ces dons, sources fondamentales pour mener à bien leurs combats.

Malgré sa dimension internationale, Ela n’a pas échappé à ce break involontaire et peut enfin remettre l’ouvrage sur le métier. Ela, c’est le spécialiste des maladies leucodystrophiques, un éventail de maladies rares qui s’attaquent au système nerveux central.
La partie suisse a été lancée il y a 22 ans, appuyée par la venue remarquée en Valais, de l’un de ses parrains, un certain Zinédine Zidane sur la vigne à Farinet, à Saillon. En confiant ses baskets à son hôte du moment, Gérard-Philippe Mabillard, il a tout simplement inspiré des actions devenues phares pour soutenir Ela. C'est le point de départ des actions "Mets tes baskets et bats la maladie", d'abord dans les écoles mais ensuite dans l'économie.

La version en "entreprises", internationale, est prévue le 9 juin. Les sociétés participantes verseront un centime par pas parcourus par leurs employés ce jour-là. Et ça marche plutôt fort en Valais, comme les versions en « école », sur le modèle courses du cœur, particulièrement importante, explique le directeur d’Ela Suisse, Pascal Priamo.

Après deux années délicates, la lutte contre la maladie peut reprendre son souffle, se réjouit Pascal Priamo
Christian Masserey, chargé de missions pour le Valais se réjouit de la transition avant-après
CH
Catégories
Les articles les plus lus
album_image
En ce moment
Luv StarvedGAYLE