"Situation préoccupante" à l'office central du Ministère public valaisan

Sandrine Rovere
Rédactrice en cheffe adjointe

La situation est préoccupante au sein de l'office central du Ministère public valaisan. En cause notamment: une mauvaise répartition des tâches, selon le Conseil de la magistrature.

Le Ministère public du canton du Valais est ouvertement en crise. Ce sont les mots du Conseil de la magistrature du canton du Valais. L'organe de surveillance de la justice a publié ce lundi son rapport sur la gouvernance et les ressources humaines au sein de l'office central, qui s’occupe notamment des affaires les plus importantes dans le canton.

Dans le cadre de l'examen global du fonctionnement du Ministère public décidé en 2021, tous les membres de la direction, ainsi que les magistrats et le personnel administratif de l’office central ont été auditionnés.

Le Conseil de la magistrature pointe notamment du doigt la priorisation des tâches décidée par le procureur général Nicolas Dubuis et son adjointe Lucie Wellig. Ceux-ci se sont chargés essentiellement des tâches administratives, au détriment de leurs autres tâches, et en particulier des dossiers d’instruction. Cela « n’est pas compréhensible » selon le Conseil de la magistrature, qui estime que cette organisation doit être revue à brève échéance.

"Danger" pour l'office central

La procureure générale adjointe en particulier n’a pas répondu aux attentes depuis son arrivée il y a trois ans. Aux yeux du Conseil de la magistrature, il en ressort "un malaise évident au sein du personnel » qui représente « un danger pour son fonctionnement ». « La situation actuelle de travail au sein de l’Office central risque d’entraîner des départs prochains et des difficultés de recrutement au détriment de l’institution », souligne le rapport.

Pour pallier la situation de crise traversée, le CDM émet cinq recommandations, à l’attention du Conseil d’Etat, du Procureur général, de la Procureure générale adjointe et du Bureau du Ministère public.


Il s’agit notamment d’organiser des réunions régulières avec les procureurs de l’office central, afin d’équilibrer la charge de travail et d’éviter de ce fait que des dossiers n’atteignent la prescription. La communication vis-à-vis de l’ensemble des procureurs devrait être améliorée. Et le procureur général devrait s’impliquer personnellement dans la procédure des dossiers d’envergure.

Thèmes liés à l'article
Catégories