À Sion, les bus ont la priorité aux feux de signalisation

Le boitier est disposé sur le poteau des feux de signalisation ©On Time | Citec
Nouveauté
Yves Crettaz
Journaliste stagiaire

La ville de Sion inaugure un nouveau système de détection des bus aux carrefours. Quelque 120 bus en seront équipés d’ici la fin d’année.

C’est une innovation pour les réseaux de transports publics de taille moyenne, à l'image de celui de notre chef-lieu cantonal… La ville de Sion veut donner la priorité aux transports publics par rapport aux autres usagers de la route. Grâce à un système de détection dénommé ON TIME, la progression des bus sera favorisée au cœur de la capitale.

"Quand un bus s'approche du carrefour, il envoie un signal en indiquant sa présence"Pierre Favre, responsable du bureau d’ingénieurs Citec à Sierre

Des boîtiers seront apposés d’ici la fin d’année sur trois carrefours du centre-ville ainsi que sur les 120 bus. Ces détecteurs GPS seront alimentés grâce à l'allume-cigare. "Quand un bus s'approche du carrefour, il envoie un signal en indiquant sa présence", explique Pierre Favre, responsable du bureau d’ingénieurs Citec à Sierre. "Cette information est donnée automatiquement grâce aux points d'annonce. Dès lors, le feu passe au rouge pour les autres voies de circulation et donne la priorité à la voie du bus".

 Ce système 100% suisse se compose d’une balise bus (équipée d’un récepteur GPS et d’un émetteur radio) et d’un récepteur raccordé à l’armoire du carrefour à feux. La balise bus transmet par radio sa position de manière à donner la priorité au bus pour l’accès au carrefour et son franchissement (feu vert)

Accessible pour les petites villes

Des systèmes semblables existent déjà mais ils sont trop coûteux et non-adaptés aux villes de taille moyenne. Le Canton et la municipalité de Sion ont mandaté des spécialistes en mobilité pour pallier ce manque. Les coûts de production de ces boitiers coûteraient jusqu’à dix fois moins cher qu’un système traditionnel. "Ceux qui se trouvent dans les bus coûtent quelque mille francs la pièce. Quant à ceux sur les carrefours, c'est le double", détaille Pierre Favre. Ces frais n'englobent pas la programmation ou la mise à jour des système mais les prix restent en-deça des autres concepts dits classiques.

Ces détecteurs GPS seront alimentés grâce à l'allume-cigare des bus

La Confédération met la main au porte-monnaie

D'après l'entreprise Citec, la facture devrait être divisée en trois parties. En plus du Canton et de la Commune de Sion, la Confédération devrait également payer un tiers de la douloureuse dans le cadre du programme en faveur du trafic d'agglomération.

"On a de plus en plus ces phénomènes de congestion du trafic"Pierre Favre

Ce système innovant répond à un réel besoin selon le spécialiste en transports publics : "On a de plus en plus ces phénomènes de congestion du trafic, plus communément appelé 'les heures de pointe'. Les périodes scolaires sont aussi très importantes notamment sur l'Avenue de la Gare et l'Avenue du Ritz"

Le système est opérationnel depuis quelques semaines puisqu’une cinquantaine de bus disposent déjà du fameux système-GPS. Précisons que d’autres projets pourraient naitre en Valais dans les années à venir. 

YC
Thèmes liés à l'article
InnovationMobilitéSion
Catégories
album_image
En ce moment
La RecetteSLIMANE