Signature d'un accord pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Image par défaut ATS ©RFM
Alimentation
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Mieux déclarer la durée de conservation des produits, faire don des aliments invendus ou proposer aux clients des restaurants d'emporter les restes: la Confédération et le secteur alimentaire ont signé jeudi un accord pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

La ministre de l'environnement Simonetta Sommaruga et 28 entreprises et associations de la filière de l'alimentation s'engagent à mettre en place des mesures concrètes pour limiter les déchets, indique le Département fédéral de l'environnement (DETEC) dans un communiqué. Le but est de réduire de moitié les pertes alimentaires évitables d'ici 2030 par rapport à 2017.

Un tiers de la production mondiale est perdu ou gaspillé alors que le système d'approvisionnement montre ses limites, relève le DETEC. En Suisse, cela représente en moyenne 330 kilos de déchets par habitant et par an.

Le gaspillage alimentaire nuit aussi à l'environnement, ajoute le DETEC: il est responsable du quart de la charge environnementale provenant de l'alimentation.

Mesures volontaires

Les mesures seront volontaires. Les différentes entreprises, issues du commerce de détail, de l'industrie de transformation, de la restauration et de l'agriculture, définiront des objectifs spécifiques à leur secteur.

Elles devront aussi sensibiliser leurs collaborateurs et les consommateurs au problème du gaspillage alimentaire. Les signataires devront également rendre compte chaque année des progrès réalisés, en calculant les quantités de nourriture perdues.

Une évaluation est prévue en 2025. Les pertes alimentaires devraient être réduites de 25% d'ici là.

D'autres acteurs sont invités à signer l'accord. Celui-ci fait partie du plan d'action contre le gaspillage alimentaire adopté par le Conseil fédéral le mois dernier.

ATS
Les articles les plus lus