Renouvellement à la tête du parti de centre-gauche d'Olaf Scholz

Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les sociaux-démocrates du chancelier allemand Olaf Scholz ont élu samedi un nouveau duo à la tête de leur parti plus que centenaire. La formation est revenue en grâce depuis sa victoire aux élections législatives de septembre.

Réunis en congrès, les militants ont voté à en faveur d'un duo formé par Lars Klingbeil, un proche de M. Scholz représentant le courant centriste du parti, et Saskia Esken, déjà co-présidente depuis deux ans et elle membre de l'aile gauche.

Le premier a reçu 86,3% des voix, la seconde 76,7%. Secrétaire général depuis quatre ans, M. Klingbeil est considéré comme un artisan clé de la résurrection de la formation, donnée moribonde en début d'année mais qui a remporté le scrutin législatif avec 25,7% des voix. Il remplace Norbert Walter-Borjans, qui a souhaité se retirer.

"Poursuivre sur cette voie"

"Une victoire aux élections législatives ne me suffit pas, je veux plus, nous devons poursuivre sur cette voie", a lancé M. Klingbeil dans un discours à la Foire de Berlin, où pandémie oblige, le nombre de délégués était limité.

La plupart ont participé en vidéo-conférence. Dès l'an prochain, le parti devra faire ses preuves lors de quatre élections régionales.

"Je veux conduire le SPD vers une nouvelle force, vers une nouvelle fierté", a renchéri Mme Esken. M. Klingbeil, homme jovial et imposant - il mesure 1,96 m -, se définit comme "pragmatique et non dogmatique", mais il entretient de bonnes relations avec l'aile gauche.

Plus de querelles internes

Il est celui qui a réussi à faire taire les querelles internes légendaires dans le parti et l'unir - toutes tendances confondues - derrière la candidature d'Olaf Scholz, un temps marginalisé au sein de la formation.

Le poste de secrétaire général du SPD doit revenir à Kevin Kühnert, qui fut longtemps un adversaire en interne d'Olaf Scholz, mais qui cultive désormais une image plus conciliante. Agé de 32 ans et membre de l'aile gauche du SPD, il incarne la relève dans un parti en pleine évolution, où la moitié des députés sont nouveaux au Parlement, et un quart d'entre eux a moins de 35 ans.

Le parti vient de former un gouvernement avec les Verts et les Libéraux du FDP, et Olaf Scholz est devenu mercredi le neuvième chancelier d'Allemagne, et le quatrième social-démocrate à accéder au poste suprême.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus