Régime de tests assoupli pour entrer en Suisse

La Suisse disposera de 34 millions de doses de vaccin à ARN-messager Moderna et Pfizer BioNTech en 2022 (archives). ©KEYSTONE/AP/Nam Y. Huh
Coronavirus
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le régime de tests Covid est assoupli pour entrer en Suisse. Le Conseil fédéral a décidé vendredi de renoncer au deuxième test de contrôle pour les personnes vaccinées et guéries. Il a également confirmé la gratuité de certains tests en Suisse.

Le Conseil fédéral avait imposé depuis le 4 décembre un test PCR aux personnes qui entrent en Suisse, suivi d'un deuxième (PCR ou antigénique) entre le quatrième et le septième jour après l'arrivée. Cette règle valait aussi pour les personnes vaccinées et guéries. Mais elle a entraîné des problèmes de mise en oeuvre.

Vendredi, le gouvernement est revenu en arrière. Il supprime le deuxième test après l'entrée en Suisse pour les personnes vaccinées et guéries. Et pour entrer en Suisse, il sera possible de présenter soit un test PCR effectué dans les moins de 72 heures soit, c'est nouveau, un test rapide antigénique de moins de 24 heures. Les nouvelles dispositions sont valables dès lundi.

Partiellement gratuits

Quant aux tests en Suisse, certains seront à nouveau pris en charge par la Confédération dès samedi, comme l'a décidé le Parlement. Sont concernés les tests rapides antigéniques et les tests salivaires PCR en pool, qui permettent d'obtenir un certificat. Les tests PCR individuels, les autotests et les tests sérologiques détectant les anticorps resteront par contre payants.

La Confédération continue par ailleurs de payer les tests pour les personnes présentant des symptômes, celles qui ont été en contact avec des contaminés et pour les diagnostics de confirmation après un résultat positif.

Dès le 17 janvier 2022, les personnes qui prennent part à des tests répétitifs à l'école ou en entreprise par exemple pourront aussi avoir droit à un certificat.

Les capacités de tests en Suisse sont suffisantes, a précisé vendredi devant la presse le ministre de la santé Alain Berset. Ce d'autant plus que les nouvelles mesures annoncées ne l'exigent que dans des cas bien particuliers, a-t-il ajouté.

Approvisionnement assuré en 2022

Le Conseil fédéral a également pris des décisions en matière d'approvisionnement en vaccin. Il commandera pour le deuxième semestre de 2022 sept millions de doses de Moderna et sept millions chez Pfizer/BioNTech. La Confédération en avait déjà réservé 14 millions pour le premier semestre.

Au total, la Suisse disposera de 34 millions de doses de vaccins à ARN-messager, un nombre suffisant pour tous ceux et celles qui souhaiteront se faire vacciner. Cette quantité suffira également si un variant du coronavirus nécessite d'administrer des doses supplémentaires. Les contrats stipulent en outre que la Suisse reçoit toujours la dernière version du vaccin, sous réserve de l'autorisation de Swissmedic.

Encouragement de la recherche

Le Conseil fédéral a enfin discuté comment on pourrait encourager à long terme la recherche le développement et la production de vaccin en Suisse. L'objectif est de renforcer le pays comme pôle de production et de recherche de technologie clé. Les Départements de l'Intérieur et de l'Economie soumettront des propositions au Conseil fédéral d'ici la fin 2022.

ATS
Les articles les plus lus