Rallye du Valais: vers un duel Coppens-Carron?

Mike Coppens ©Keystone-ATS
Rallye
Justin Grept
Responsable des sports

Après un an d’absence, le Rallye international du Valais organise sa 61e édition la semaine prochaine. Les pilotes valaisans devraient y jouer les premiers rôles.

La 61e édition du Rallye International du Valais se tiendra la semaine prochaine. De jeudi à samedi, 59 équipages en découdront sur les routes du canton. Une première depuis 2019. L’an dernier, comme beaucoup d’autres, la manifestation a dû faire l’impasse. C’est donc avec beaucoup d’excitation et d’impatience que la direction du Rallye a présenté ce vendredi matin la liste officielle des engagés.

Les Valaisans en force

Avec, comme souvent sur ce rendez-vous qui est aussi la dernière manche du championnat suisse, un enjeu sportif élevé. «Cette année, c’est une certitude, le titre sera valaisan puisque Mike Coppens et Sébastien Carron sont les deux pilotes qui peuvent encore le gagner», explique Lionel Muller, membre du comité d’organisation. «Mike Coppens est actuellement en tête, il a donc une petite avance psychologique. Mais on connait la fougue et la vitesse de Sébastien Carron. Une belle bagarre s’annonce, avec quelques pilotes étrangers, à l’image du Belge Pieter Tsjoen.»

Le Vétrozain Sébastien Carron face au Bagnard Mike Coppens. Un duel pour la victoire dans le championnat suisse. Un duel pour la victoire également sur cette 61e édition du Valais ? Possible. Pour Lionel Muller en tout cas, le vainqueur pourrait bien être valaisan. «Oui, il y a de fortes chances. D’autant que le pilote de Verbier Jonathan Michellod pourrait se mêler à la bagarre avec son R5. Après, Michael Burri, le fils d’Olivier qui a remporté l’épreuve en 2019, a terminé 3e lors des trois dernières éditions. Donc il a ses chances. Sur le papier, il y a plus de prétendants à la victoire valaisans.»

Ivan Ballinari manque à l’appel

Un absent de marque pour cette 61e édition : le Tessinois et champion suisse en titre Ivan Ballinari ne sera pas présent, par manque de budget. Au total, ce sont 59 équipages qui seront engagés la semaine prochaine. Contre 78 lors de la dernière édition, en 2019. «La situation sanitaire n’aide pas», souligne Lionel Muller. «Dans une situation économique comme celle qu’on vit, c’est également compliqué de boucler des budgets. Le rallye est un sport coûteux. Et puis les barrières administratives pour enter en Suisse ont refroidi certains équipages étrangers. Mais c’est ainsi, on doit faire avec. Et on est déjà très heureux de pouvoir organiser cette manifestation.» La 61e édition du Rallye International du Valais, ça commence jeudi prochain, avec la spéciale numéro 1 du côté de Martigny.

JG
Thèmes liés à l'article
RallyeRallye du Valais
Catégories
Les articles les plus lus