Protection civile: le Conseil fédéral veut renforcer les effectifs

Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les effectifs servant au sein de la protection civile doivent être renforcés. Le Conseil fédéral veut une extension de l'obligation de servir. Les astreints au service civil pourraient aussi prêter main-forte.

L'idée principale consiste à étendre l'obligation de servir dans la protection civile. Les personnes astreintes au service militaire qui n'ont pas accompli d'école de recrues avant la fin de leur 25e année et qui ont été libérées de leurs obligations militaires seront désormais astreintes à la protection civile.

De même, certains anciens militaires qui sont devenus inaptes au service militaire après avoir achevé leur école de recrues pourront être appelés à intégrer la protection civile. Pour autant qu'il leur reste au moins 80 jours de service à accomplir dans l'armée.

Civilistes au sein de la PC

Parallèlement, les personnes astreintes au service civil pourront être contraintes à accomplir une partie de leur service au sein de la PC. Les organisations de la protection civile durablement en sous-effectif seront désormais reconnues comme établissements d’affectation du service civil, écrit le gouvernement.

Les personnes astreintes au service civil pourront être tenues d’accomplir 80 jours au maximum de leur obligation de servir dans une telle organisation lorsque les autres moyens disponibles n’auront pas permis de combler le sous-effectif.

Les civilistes suivront l’instruction de base ordinaire de la PC et pourront aussi participer à des formations supplémentaires ou à des formations de cadre. Ils effectueront des cours de répétition et pourront être convoqués en cas d’événement. La distinction constitutionnelle entre l'obligation de servir dans la protection civile et l'obligation de servir dans le service civil est ainsi respectée.

Effectifs en berne

Le Conseil fédéral souhaite également que la PC soit engagée davantage en cas de catastrophes ou de situations d'urgence. Ces décisions découlent de la première partie du rapport sur les effectifs de l'armée et de la protection civile, précise le communiqué publié mercredi. Un projet est mis en consultation jusqu'au 2 mai 2023.

Le but est d'éviter une réduction des effectifs de la protection civile à long terme. En 2021, la PC comptait 68'000 membres, alors que l’objectif fixé il y a une dizaine d'années était de 72'000. Si ce nombre n'augmente pas, il faut s'attendre à ce que l'effectif réel passe à environ 51'000 d'ici à 2030.

ATS