Première installation industrielle Power-to-Gas à Dietikon

La première installation industrielle Power-to-Gas de Siusse a été inaugurée vendredi à Dietikon (ZH). ©Limeco
Energie
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La première installation industrielle Power-to-Gas de Suisse a été inaugurée vendredi à Dietikon (ZH). Elle peut produire environ 18'000 mégawattheures (MWh) de gaz renouvelable synthétique par an, ce qui permet d'économiser jusqu'à 5000 tonnes de CO2.

"Il est crucial que la Suisse devienne moins dépendante du gaz naturel étranger", a déclaré le directeur de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) Benoît Revaz lors de la cérémonie d'inauguration. "Le Power-to-Gas ne contribue pas seulement à la neutralité climatique, mais aussi à une politique économique responsable", a souligné le conseiller national Eric Nussbaumer (PS/BL) face à la dépendance au gaz russe et à la flambée du prix du gaz.

Le procédé Power-to-Gas consiste à stocker les surplus d'énergie provenant de sources renouvelables (solaire, éolien, hydraulique) et à les transformer en hydrogène par électrolyse. Le réacteur combine ensuite l'hydrogène avec du CO2 pour produire du méthane de synthèse, un gaz renouvelable, qui est injecté dans le réseau.

Déchets et eaux usées

Dans le cas de Dietikon, l'installation Power-to-Gas utilise de l'électricité renouvelable provenant de l'usine de traitement des ordures ménagères et le CO2 de la station d'épuration situées juste à côté. "Ce sont des conditions parfaites pour produire du gaz vert", a expliqué Stefano Kunz, président du conseil d'administration de Limeco, société qui exploite la centrale Power-to-Gas.

Limeco obtient ainsi une source d'énergie renouvelable à partir des déchets et des eaux usées. Injecté dans le réseau, ce gaz neutre en CO2 remplace les énergies fossiles. Huit fournisseurs suisses d'énergie ont cofinancé les investissements qui se montent à environ 14 millions de francs. Ils se sont engagés à exploiter le gaz durant 15 ans. L'OFEN soutient le projet.

Stocker et décarboniser

Du gaz produit par l'installation de Dietikon a déjà été injecté dans le réseau fin mars à titre d'essai. Il est plus facile à stocker que l'électricité. La nouvelle installation peut stocker en été de l'électricité sous forme de gaz, en vue de la saison froide qui entraîne une consommation plus élevée, explique Patrik Feusi, directeur de Limeco.

L'installation de Dietikon apporte ainsi une contribution importante à la décarbonation du pays. Elle permet d'économiser jusqu'à 5000 tonnes de CO2 par année. Le conseiller d'Etat zurichois Martin Neukom (Verts) a rappelé que le canton s'est fixé pour objectif d'être climatiquement neutre d'ici 2040. "Limeco et ses partenaires prouvent que c'est faisable, notamment grâce à des technologies innovantes comme le Power-to-Gas".

Le solaire pourrait "booster" le procédé

Le procédé n'est pourtant pas près de se généraliser dans les centrales de traitements des déchets du pays. Transformer de l'électricité en gaz ne tombe pas sous le sens sur un marché où le prix de l'électricité, déjà élevé en 2021, a explosé à cause de la guerre en Ukraine, tempère Thomas Peyer, directeur de Swisspower.

La donne pourrait toutefois changer si les projets d'énergie solaire avancent comme prévu en Suisse. Surtout si les étés entraînent une surproduction photovoltaïque. De toute manière, le procédé Power-To-Gas en est encore à ses débuts, mais le projet de Dietikon représente une étape importante, souligne Thomas Peyer.

Actuellement, la Suisse importe de l'électricité en hiver, en provenance des pays voisins. Un risque de pénurie hivernale pointe cependant à l'horizon 2025, selon l'autorité fédérale de régulation Elcom. En outre, la stratégie énergétique 2050 prévoit de remplacer le courant provenant du nucléaire par de l'électricité produite par les énergies renouvelables.

ATS
Les articles les plus lus