Poursuite de violations de l'embargo sur les armes par les Houthis

Le rapport multiplie les exemples d'enfants entrainés par les Houthis et soumis à leur idéologie. ©KEYSTONE/EPA/YAHYA ARHAB
Yémen
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les violations de l'embargo sur les armes imposé par l'ONU au Yémen et le recrutement d'enfants par les rebelles Houthis se sont poursuivis depuis un an. C'est ce qu'affirme un rapport d'experts de l'Organisation remis au Conseil de sécurité et publié samedi.

"Le groupe d'experts estime que toutes les forces militaires et paramilitaires fidèles aux autorités basées à Sanaa tombent sous le coup" de la définition des violations de l'embargo sur les armes, indique ce rapport annuel de quelque 300 pages.

"Les Houthis ont continué d'acquérir des composants essentiels pour leurs systèmes d'armes auprès de sociétés établies en Europe et en Asie, se servant d'un réseau complexe d'intermédiaires afin de brouiller la chaîne de contrôle", précisent les experts chargés à l'ONU du contrôle de l'embargo sur les armes.

Leur document relève que "la plupart des types de drones aériens, d'engins explosifs improvisés flottants et de roquettes à courte portée ont été assemblés dans les zones contrôlées par les Houthis".

Implication de l'Iran pas confirmée

Cet assemblage bénéficie de composants (moteurs, électronique...) "acquis à l'étranger à l'aide d'un réseau complexe d'intermédiaires en Europe, au Moyen-Orient et en Asie", insistent les experts sans pouvoir confirmer les affirmations des Etats-Unis d'une implication directe de l'Iran dans les violations.

Téhéran, en reconnaissant un appui politique aux Houthis, a toujours nié leur procurer des armes.

"Des composants de systèmes d'armes et d'autres matériels militaires continuent d'être fournis par voie terrestre aux forces houthies par des individus et des entités basés à Oman", indiquent aussi les experts.

Outre l'Iran, l'autre pays de la région à maintenir des voies de communication officielles avec les Houthis est le sultanat d'Oman qui partage une frontière avec le Yémen, rappellent-ils.

Enfants utilisés

Les experts relèvent également que le largage d'engins explosifs improvisés en mer venant directement de zones contrôlées par les Houthis "a augmenté considérablement" depuis un an.

S'insurgeant contre le recours aux enfants dans la guerre, ils recommandent "aux parties au conflit de s'abstenir d'utiliser les écoles, les camps d'été et les mosquées pour recruter des enfants" et "expriment leur intention d'imposer des sanctions aux personnes participant à ces actes".

Photos à l'appui, leur rapport multiplie les exemples d'enfants entrainés par les Houthis et soumis à leur idéologie. Les experts précisent disposer d'une liste de 1406 enfants, âgés de 10 à 17 ans, recrutés par les Houthis et décédés sur le champ de bataille en 2020.

Coalition aussi fustigée

Le rapport onusien indique par ailleurs que "les frappes aériennes de la coalition" militaire dirigée par l'Arabie saoudite en appui au gouvernement yéménite, continuent "de faire des victimes parmi les civils" dans la guerre au Yémen qui dure depuis plus de sept ans.

ATS
Les articles les plus lus