Pour son retour, la Session des jeunes enregistre une chute de la participation

La Session des jeunes s'est déroulée comme d'habitude dans la salle du Grand Conseil valaisan. ©Keystone-ATS
Politique

Près de septante jeunes Valaisans ont enfilé le costume de député le temps d’une journée. C’est presque deux fois moins que lors des précédentes éditions. Mais les organisateurs se montrent confiants pour l’avenir.

La Session des jeunes s’est déroulée lundi à Sion, dans la salle du Grand Conseil valaisan. L’événement faisait son retour, après avoir été annulé en 2020 et en mars dernier. Il enregistre cette année une chute de la fréquentation, avec une septantaine de participants contre environ 120 en temps normal. Et cela malgré l’ouverture de la session aux élèves de 11 CO. Pour les organisateurs, le certificat Covid obligatoire et le manque de visibilité dû aux deux dernières annulations en sont les principaux responsables.

Développer l’association

La Session des jeunes est organisée depuis 2014 par l’association Parlement des Jeunes du Valais (PJV). Le comité ne s’inquiète pas de cette baisse de la participation. Il assure que l’événement aura toujours lieu ces prochaines années. Il souhaite également faire évoluer l’association.

« Concernant la suite, le PJV va essayer de trouver la meilleure structure possible pour avoir des membres les plus représentatifs de la jeunesse valaisanne. C’est actuellement en discussion. Le but est d’obtenir une légitimité et avoir une jeunesse qui peut être consultée sur certains sujets », explique Guillaume Amos, co-président du PJV.

La Session des jeunes est ouverte à tous les jeunes Valaisans, qu’ils appartiennent à un parti politique ou non. Les participants non partisans sont d’ailleurs beaucoup plus nombreux. Nous avons demandé au comité du PJV s’il craignait qu’une officialisation du rôle consultatif conduise à une politisation de l’association.

« Non, nous avons plutôt une volonté de représenter tous les jeunes, tous les établissements scolaires ou tous les horizons professionnels des jeunes. Notre envie est de représenter cette jeunesse-là et non d’avoir des guerres partisanes au sein du Parlement des Jeunes. Pour le comité actuel, ce n’est pas un souci important d’avoir des jeunes qui sont engagés en politique ou non. Il faut surtout trouver des jeunes qui sont intéressés par la politique », répond Sylvain Robatel, l’autre co-président du PJV.

Stress et surprises

La Session des jeunes, c’est aussi l’occasion pour les participants de se rendre compte de ce qu’est le travail d’un élu au Grand Conseil. Et ce travail n’est pas toujours de tout repos. « On apprend à quel point c’est stressant de prendre la parole devant tout ce monde, d’attendre le résultat d’un vote. Quand on voit les politiciens à la télé, ils ont l’air toujours super à l’aise. Alors que c’est un cadre qui est vraiment stressant », raconte Lilia Mailloux, qui prenait part à sa première session et qui jouait le rôle de rapporteuse de commission.

Les parlementaires d’un jour ont d’abord été répartis dans quatre commissions, qui traitaient chacune d’un sujet différent. Ils ont élaboré des propositions sur les thèmes de la digitalisation à l’école, la cybersécurité, l’engagement citoyen et l’accès à la culture. Les propositions ont ensuite été votée en plénum. Résultat : seule la motion ayant pour but de rendre la culture accessible à tout le monde a été refusée. Les propositions acceptées seront transmises au Grand Conseil et à la Constituante.

Selon le comité du PJV et les participants, les débats en plénum ont été de très bonne qualité. « J’ai été agréablement surpris par la diversité des opinions. Les débats se sont toujours déroulés dans une bonne ambiance, entre des jeunes qui pourtant viennent de milieux politiques ou familiaux très différents. C’est un bon exemple de démocratie à la suisse. On est capable de s’asseoir autour d’une table et de discuter de ces sujets de façon constructive pour trouver des solutions », nous confie Eliot Fournier, lui aussi rapporteur de commission et qui a déjà participé à la Session fédérale des jeunes, qui a eu lieu début novembre à Berne.

FP
Thèmes liés à l'article
Catégories
Les articles les plus lus
A la Une